Strasbourg
Calicéo investit 20 millions d’euros dans son futur centre de "balnéoludisme"
Strasbourg # Parcs de loisirs # PME

Calicéo investit 20 millions d’euros dans son futur centre de "balnéoludisme"

S'abonner

Le groupe lyonnais Calicéo a officialisé l’implantation en 2025 d’un centre de bien-être de 5 000 mètres carrés dans le périmètre de l’Eurométropole strasbourgeoise. L’investissement prévisionnel se porte à 20 millions d’euros. Et créera 40 emplois.

L’établissement de Saint-Cyr-l’École vient renforcer l’offre du groupe en 2023 — Photo : DR

Le président de Calicéo (220 collaborateurs, 30 M€ de CA prévisionnel en 2023) le souligne en préambule : "L’Alsace est une terre d’eau." Mais la proximité des thermes voisins de Baden-Baden, à une heure de distance en Allemagne, et l’offre de spas hôteliers régionale n’ont toutefois pas effarouché le groupe lyonnais qui va investir 20 millions d’euros dans son futur site de l’Eurométropole strasbourgeoise.

La construction d’un centre de "balnéoludisme" de 5 000 mètres carrés comprendra des bains intérieurs et extérieurs chauffés à 34 et 38 °C, une zone de détente spa, une autre dédiée à "la préservation du capital santé". Les travaux doivent débuter au printemps 2024 au cœur du Parc des Tanneries de Lingolsheim, repris par le groupe Duval en 2020. Et s’achever 18 mois plus tard, courant 2025.

Le site de Lingolsheim a été retenu notamment pour sa proximité avec le cœur de ville et son cadre paysager — Photo : DR

"Nous sommes sur un positionnement périurbain. Contrairement aux produits de destination à la journée, nous amenons l’activité thermoludique au pied des villes, pose le président de Calicéo, Marc Léonard. Les modes de consommation ne sont pas les mêmes. On peut venir passer une demi-heure chez nous en fin de journée, nous vendons en quelque sorte à la minute grâce à une carte précréditée", appuie l’ancien dirigeant des casinos Joa.

250 000 à 300 000 visiteurs annuels attendus

"La densité du bassin de vie de l’Eurométropole, avec la proximité de Kehl et des voisins allemands, supérieure à un million d’habitants, étaient un critère d’implantation du groupe", précise le dirigeant qui compte sur une fréquentation de "250 000 à 300 000 visiteurs annuels" pour ce nouveau site strasbourgeois. Initié dès 2019, ce projet de longue haleine soutenu par le groupe (repris en 2018 par Ekkio Capital), a retenu le site de Lingolsheim pour "des raisons de mobilités avec l’agglomération strasbourgeoise et le cadre paysager". Il y créera 40 emplois.

La maire de Lingolsheim Catherine Graef-Eckert et Marc Léonard, le président de Calicéo, ont officiellement annoncé l’implantation du groupe sur le territoire de l’Eurométropole — Photo : Pascale Schaeffer

Raccordé au réseau de chaleur des Tanneries, le site devrait être alimenté par géothermie pour 80 % de ses besoins et, à la marge, par une technologie de récupération des calories de la vapeur d’eau. Les objectifs de consommation d’eau se situent "entre 30 et 35 litres d’eau par baigneur contre 90 à 100 pour une piscine classique".

Calicéo s’ouvre de nouvelles perspectives en cœur de ville

Calicéo avait procédé en 2021 à une levée de fonds de 100 M€, laquelle avait ouvert en 2023 une nouvelle phase de développement avec l’ouverture de deux nouveaux centres en région parisienne. Calicéo revendique aujourd’hui huit établissements. À horizon 2025, quatre implantations devraient compléter le dispositif du groupe qui ambitionne d’essaimer ensuite hors des frontières hexagonales, au Royaume-Uni dans un premier temps, dès 2027.

Le groupe est par ailleurs en cours d’acquisition d’un acteur français placé sur le marché les spas urbains, présent à Strasbourg notamment, signale son dirigeant. Porté par sa dynamique, Calicéo s’est fixé pour cap d’atteindre les 45 millions d’euros de CA dès l’année prochaine.

Strasbourg # Parcs de loisirs # PME # Investissement