Brest
52 Hertz lève 800 000 euros pour son talkie-walkie sous-marin
Brest # Nautisme # Innovation

52 Hertz lève 800 000 euros pour son talkie-walkie sous-marin

S'abonner

Quatre ans après sa création à Plouzané, près de Brest, la société 52 Hertz vient de lever 800 000 euros pour développer son système de communication innovant pour la plongée sous-marine. De quoi embaucher pour perfectionner son prototype et envisager de lancer l’industrialisation dès 2026.

Gabriel (à gauche) et Jonas Guerche ont créé 52 Hertz il y a quatre ans pour développer leur système innovant de télécommunication sous-marine — Photo : Jean-Marc Le Droff

C’est un système dont des générations de plongeurs sous-marins ont rêvé que Jonas et Gabriel Guerche, les fondateurs de la société 52 Hertz, sont parvenus à mettre au point : un talkie-walkie permettant d’échanger entre plongeurs dans les profondeurs de l’océan, mais également avec la surface. "L’idée nous est venue dans la voiture qui nous ramenait d’un stage de plongée", retrace Jonas Guerche, ingénieurs dans le secteur de l’énergie tout comme son frère. Les deux hommes viennent de lever 800 000 euros pour continuer à développer leur prototype.

IA et écouteurs à conduction osseuse

Car cela fait déjà quatre ans que les deux frères se sont attelés à lever les freins liés aux télécommunications en milieu subaquatique. Le résultat ? Un embout de détendeur connecté sobrement baptisé Talkie-Divy, qui remplace l’embout habituel des plongeurs et qui intègre des écouteurs à conduction osseuse ainsi qu’un microphone. Le tout est relié à un boîtier électronique embarquant notamment de l’intelligence artificielle afin d’améliorer la clarté des échanges.

Partenariat avec le CNRS, l’Inria et Ifremer

Une innovation de taille qui leur a permis d’intégrer le dispositif Pépite de la Sorbonne dont ils ont été lauréats en 2020, mais aussi l’incubateur de la Station F. De quoi, aussi nouer un partenariat avec le CNRS et l’Inria après avoir obtenu une bourse French Tech de 30 000 euros auprès de Bpifrance.

Mais c’est finalement près de Brest, que les deux frères ont décidé de s’installer pour poursuivre le développement de leur Talkie-Divy. Et plus exactement à Plouzané, dans l’une des pépinières du Technopôle Brest-Iroise située à deux pas de l’Ifremer. Un institut de référence avec lequel ils viennent également de nouer un partenariat après avoir été lauréats en 2021 du concours Octo’pousse, qui leur a apporté 18 mois d’accompagnement avec le laboratoire Geo-ocean, une dotation de 60 000 euros ainsi que le financement d’un CDD de 18 mois.

Industrialisation à l’horizon 2026

Ce "palmarès" leur a récemment permis de séduire des investisseurs pour boucler leur première levée de fonds de 800 000 euros, réunis auprès des fonds Breizh Up, Ifremer Investissement Innovation, Finistère Angels, Mer Angels, Bretagne Sud Angels. Un tour de table également complété par des investisseurs privés et Bpifrance. De quoi emménager dans leurs nouveaux locaux, mais aussi embaucher deux ingénieurs de l’Enib ainsi qu’un stagiaire, afin de poursuivre trois axes de développement.
D’autres recrutements sont prévus, notamment en R & D et en marketing, afin de poursuivre leurs axes de développement. "Nous travaillons actuellement sur l’amélioration de l’intelligibilité grâce à l’IA et sur l’ergonomie de l’embout pour faciliter l’élocution. En parallèle, nous explorons également d’autres applications car au-delà de la voix, notre système peut aussi transmettre de la data", assure Gabriel Guerche. La solution intéresse d’ores et déjà les plongeurs professionnels mais aussi l’Agence de l’innovation de défense. Les deux ingénieurs visent une première industrialisation pour 2026.

Brest # Nautisme # Innovation