Sophia Antipolis

Santé

Median Technologies révolutionne le diagnostic du cancer et signe une année record

Par Olivia Oreggia, le 15 juin 2020

La medtech basée à Sophia Antipolis est spécialisée dans l’analyse d’imagerie médicale par intelligence artificielle. Après une année 2019 record, la crise sanitaire n’entame pas les perspectives optimistes de Median Technologies ni ses ambitions de devenir un acteur majeur dans la détection des cancers auprès des laboratoires pharmaceutiques et biotechs du monde entier.

imagerie médicale
"On s'attend à une croissance qui va continuer", affirme Fredrik Brag, dirigeant et co fondateur de Median Technologies qui fournit des solutions et des services d’imagerie innovants. — Photo : Median Technologies

La santé financière de Median Technologies (123 salariés, CA 2019 : 9 M€) est à contre-courant du contexte actuel : une croissance continue sur six trimestres (+41 % en un an), une hausse du chiffre d’affaires au premier trimestre 2020 de 47 % par rapport à la même période en 2019 pour s’établir à 2,8 M€, un carnet de commandes de 44,4 M€ en progression de 6 M€ par rapport à décembre dernier, une cinquantaine de collaborateurs recrutés l’an dernier, un bureau de 16 personnes en Chine appelé à se développer… La Medtech née à Sophia Antipolis en 2002 signe en 2019 et début 2020 ses meilleures performances. Et ses perspectives sont tout aussi positives.

« Je sais pourquoi je me lève tous les matins »

Median Technologies est spécialisé dans le traitement d’imagerie médicale par intelligence artificielle favorisant l’émergence de nouvelles thérapies et stratégies de traitement. « J’avais une motivation spéciale », explique Fredrik Brag, directeur général et co fondateur de l’entreprise. « Un ami d’enfance est mort d’un cancer à l’âge de 35 ans. Il souffrait d’un mélanome qui avait été mal diagnostiqué. On lui avait dit d’appliquer simplement une pommade. Cela ne doit plus se passer. Je voulais apporter ma contribution. Il y a eu ensuite des concours de circonstances qui m’ont mené jusqu’aux travaux extraordinaires d’Inria. L’Institut de recherche avait commencé à adapter au médical ce qu’ils avaient mené pour le militaire et d’autres industries. Je me suis positionné pour collaborer. J’ai ensuite démarré tout un concept autour de ça. Ça a été une longue bataille, mais je sais très bien pourquoi je me lève tous les matins. »

L’imagerie, maillon capital contre le cancer

L’activité de Median Technologies est scindée en deux business units. Ses bons chiffres, elle les doit à la partie iCRO (Organisation de Recherche Clinique par Contrat), dédiée à la fourniture de solutions et services pour les essais cliniques en oncologie. Ses clients sont de grands laboratoires pharmaceutiques du monde entier. Dans cet univers, l’imagerie est devenue une arme primordiale. « Nous arrivons avec une vision totalement différente, nous apportons de la technologie pour standardiser l’analyse et sortir des données beaucoup plus pertinentes. Dans le cadre d’un essai clinique, nous traitons tout ce qui a trait à l’imagerie, de A à Z. C’est pour cela que l’impact du Covid a été très faible pour nous. Nous sommes déjà habitués à travailler avec des hôpitaux du monde entier, de manière électronique. »

Un enjeu immense pour les laboratoires pharmaceutiques

L’autre partie de son activité, dédiée à la R & D, ne génère pas encore de revenus, mais porte en elle d’immenses promesses : iBiopsy est une plateforme basée sur l’IA et la science des données. Elle doit permettre d’identifier, de façon non intrusive, les signatures spécifiques de certaines maladies afin de les détecter au plus vite et d’adapter au mieux le traitement au patient. « De la même façon que nous avons tous des empreintes digitales différentes, un signal correspond à une certaine maladie. C’est ce signal que nous recherchons. Les laboratoires pharmaceutiques ont besoin de comprendre quel type de cancer émet ce signal et comment ils peuvent le casser, ils doivent pouvoir dire pour qui ça marche. C’est leur Graal absolu car ça leur donne beaucoup plus de chances de succès et beaucoup plus de moyens de négocier les taux de remboursement de leur molécule », explique Fredrik Brag.
« Une biopsie est extrêmement douloureuse et dangereuse, et coûte très cher. Elle n’est par ailleurs qu’un échantillon, alors qu’une tumeur n’est jamais homogène. On base donc tout le diagnostic sur seulement 15 à 20 % de l’information. Or, il y a une seule chose qu’on comprend du cancer aujourd’hui : plus vous le prenez tôt, plus vous avez de chances de sauver le patient. Nous allons porter très prochainement des résultats cliniques pour montrer la pertinence de ce qu’on fait. »
Des résultats qui ont déjà conduit à une collaboration avec l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris pour la réalisation de deux études cliniques sur le cancer du foie. Median Technologies bénéficie par ailleurs d’un financement de 35 M€ de la Banque Européenne d’Investissement signé en décembre dernier. L’objectif de la medtech sophipolitaine est d’accélérer sur le front du diagnostic, du pronostic mais aussi de la prédiction. L’enjeu est de taille. En France, les cancers représentent la première cause de décès.

imagerie médicale
"On s'attend à une croissance qui va continuer", affirme Fredrik Brag, dirigeant et co fondateur de Median Technologies qui fournit des solutions et des services d’imagerie innovants. — Photo : Median Technologies

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail