Normandie

Énergie

La filière nucléaire représente 28 000 emplois en Normandie

Par Isabelle Evrard, le 04 mars 2019

Plus de 400 acteurs de la filière nucléaire normande ont participé à Caen à la seconde édition de la Journée d’Affaires du Nucléaire Normand (JANN) organisée par Nucleopolis, le pôle nucléaire de Normandie Energies, en partenariat avec EDF, Naval Group, Orano, le GIPNO et la CCI Normandie.

La filière nucléaire normande recrute activement (ici, à Naval Group)
La filière nucléaire normande recrute activement (ici, à Naval Group) — Photo : © Adrien Daste - Naval Group

Dans le domaine de l’énergie, la Normandie possède un savoir-faire et une expertise de haut niveau. La région accueille plus de 15% des installations nucléaires civiles du territoire national, dont plusieurs sites industriels majeurs : les centrales nucléaires d’EDF Paluel, Penly et Flamanville, avec le premier EPR français, l’usine de traitement recyclage des combustibles nucléaires usés d’Orano la Hague, l’usine de construction de sous-marins de Naval Group Cherbourg et le centre de stockage de la Manche de l’Andra. « « Au travers de ses 4 200 salariés engagés dans l’exploitation de 8 réacteurs et la construction de l’EPR de Flamanville, EDF participe de manière durable au dynamisme économique de la Normandie. En 2018, EDF a investi 403 millions d’euros pour l’ensemble de ses activités nucléaires dans la région » a confirmé Philippe Sasseigne, directeur exécutif d’EDF, en charge du parc nucléaire et thermique.

La filière injecte un milliard d'euros chaque année dans l'économie

Le territoire normand est un bassin d’emploi important pour la filière nucléaire puisqu’il génère, en incluant également le domaine du nucléaire pour la santé, plus de 28 000 emplois directs et indirects. Au-delà des emplois, le montant des achats opérés en 2018 par les grands donneurs d’ordre en Normandie est de plusieurs centaines de millions d’euros. En y ajoutant la fiscalité et les salaires, le poids économique de la filière nucléaire en Normandie dépasse de loin le milliard d’euros par an.

Hervé Morin, Président de la Région Normandie (à droite) a remis la lettre de candidature de la Normandie à Jean-Bernard Lévy, PDG d'EDF, pour la construction de deux nouveaux EPR en Seine-Maritime
Hervé Morin, Président de la Région Normandie (à droite) a remis la lettre de candidature de la Normandie à Jean-Bernard Lévy, PDG d'EDF, pour la construction de deux nouveaux EPR en Seine-Maritime - Photo : © Isabelle Evrard - Le Journal des Entreprises

Le président de la Région Normandie, Hervé Morin, en a profité pour annoncer la candidature de la Normandie un réacteur nucléaire de 3e génération à Penly (Seine-Maritime) : « L’urgence climatique impose le développement de notre filière nucléaire. Notre Region Normandie, soutenue par l’ensemble des collectivités concernées, est candidate à l’installation d’un deuxième EPR sur le site de Penly. » Dans cette course, la Normandie est en concurrence avec la région des Hauts de France, qui s’est aussi portée candidate pour accueillir les potentiels réacteurs. « Les atouts de Penly -disponibilité des terrains, raccordements… -  sont bien présents, donc les Normands ont de fortes raisons d’être optimistes », a confirmé le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, chargé par l’Etat de monter le dossier visant à la construction de nouveaux réacteurs en France pour à la mi-2021. « Nous souhaitons construire les EPR par paire car cela permet d’optimiser les coûts fixes liés à l’installation et à la gestion du chantier de construction d’une unité nucléaire. »

La filière nucléaire normande recrute activement (ici, à Naval Group)
La filière nucléaire normande recrute activement (ici, à Naval Group) — Photo : © Adrien Daste - Naval Group