Morbihan

Agroalimentaire

La conserverie de La Belle Iloise forme et intègre des réfugiés 

Par Ségolène Mahias, le 31 décembre 2021

La conserverie de poissons morbihannaise La Belle-Iloise compte dix salariés réfugiés parmi son effectif saisonnier. Ces personnels sont passés par une formation menée pour la quatrième fois avec la Région Bretagne, Pôle Emploi et l’Institut breton d’éducation permanente.

La Belle Iloise a déjà formé trois promotions de stagiaires réfugiés.
La Belle Iloise a déjà formé trois promotions de stagiaires réfugiés. — Photo : Archive Ségolène Mahias

Et bientôt de quatre pour La Belle Iloise ! La conserverie de poissons, entreprise ancestrale de Quiberon (Morbihan), mènera une quatrième action d’accompagnement vers l’emploi de personnes réfugiées en les formant à ses métiers. Employant de 350 à 600 salariés en plein pic d’activité, la PME qui réalise 60 millions d’euros de chiffre d’affaires fait face à des problèmes de recrutements récurrents. C’est ainsi que de nombreuses actions ont été menées en direction de différents publics, dont celui des réfugiés.

Une tutrice en interne

Depuis 2019, La Belle Iloise prend part à un programme financé par la Région Bretagne et Pôle Emploi tandis que l’Institut breton d’éducation permanente (Ibep) assure une formation au vocabulaire usuel. La conserverie apporte sa connaissance des gestes techniques et du langage professionnel. "Tout est expliqué et réexpliqué en s’appuyant sur de nombreux visuels. En interne, une tutrice choisie pour sa patience et sa pédagogie leur est dédiée. Elle leur montre les gestes professionnels autant qu’il le faut. Nous avons la chance d’être sur un métier artisanal", détaille Claudie Jan, DRH de la PME.

Un accompagnement plus large

Et cela fonctionne : dix des onze derniers stagiaires se sont engagés aux côtés de l’entreprise pour un contrat saisonnier qui a couru jusqu’à fin 2021. La clé de ce succès réside aussi dans un accompagnement plus large autour du logement et de la mobilité. La Belle Iloise, qui est engagée dans une démarche d’inclusion, n’hésite pas à recommander cette initiative auprès d’entreprises locales ou régionales.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition