Investissement

Rhône-Alpes : Lustucru Frais : La success story du gnocchi

Par Gilles Cayuela, le 04 janvier 2013

Le leader français de la pâte fraîche s'apprête à réaliser 19 millions d'euros d'investissement entre la Loire et le Rhône en 2013. La filiale de Panzani va doter son site de Lorette d'une 3e ligne de gnocchi à poêler et construire un nouveau site de production.
Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

La frilosité économique ambiante ne semble pas toucher Lustucru Frais. Au contraire, la filiale de Panzani, elle-même filiale du leader espagnol de l'alimentaire Ebro Foods, s'apprête à réaliser pas moins de 19millions d'euros d'investissement entre Loire et Rhône en 2013. En effet, après avoir investi 3millions d'euros en 2011 pour doter son site de Lorette d'une seconde ligne de production de gnocchi à poêler, la PME de Saint-Genis-Laval s'apprête à remettre le couvert en 2013.

Un marché ô combien porteur !
«Nous allons investir 4millions d'euros sur Lorette au premier trimestre pour réaliser une troisième ligne de production de gnocchi à poêler», confie Laurent Huynh, directeur général de Lustucru Frais. Spécialisée à l'origine sur la fabrication de pâtes fraîches simples (tagliatelles, fettucini, farfalles) et farcies (demi-lune, lasagnes, ricottas) et leader historique sur le marché de la quenelle, Lustrucru Frais s'est lancée en 2004 sur le marché du gnocchi à poêler. Un marché ô combien porteur ! « Le gnocchi à poêler, c'est notre produit phare. Il représente aujourd'hui 20% de nos ventes et dispose d'un rythme de croissance annuelle à deux chiffres. En 2012, nous en avons commercialisé 6.500 tonnes. Nous prévoyons de franchir la barre des 7.000 tonnes en 2013», confirme Laurent Huynh. 

La ligne gnocchi 3 de Lorette permettra aussi à Lustucru Frais de poursuivre le développement d'un autre produit à fort potentiel, lancé en 2012 : la noisette de pommes de terre à poêler. «La noisette à poêler, c'est 800 tonnes en 2012 et une perspective de 1.600 tonnes en 2013. L'avantage c'est que pour ce produit nous pouvons utiliser la même ligne de fabrication que pour le gnocchi», commente le directeur général.

Pas tous les oeufs dans le même panier
Si les 4millions d'euros qui seront investis sur le site ligérien de Lorette, devraient permettre de répondre à la croissance attendue du marché du gnocchi et de la noisette à poêler, le dirigeant de Lustrucru Frais sait parfaitement qu'il ne faut jamais mettre tous ces oeufs dans le même panier. « En 2010, nous nous sommes lancés dans une nouvelle diversification: les plats cuisinés. Ces plats que l'on appelle aussi lunchs box représentent aujourd'hui 15% de notre chiffre d'affaires. En 2010 et2011, nous avons investi 6 millions d'euros dans deux lignes de fabrication pour lunch box sur notre site de Saint-Genis-Laval. Et ce avec le souci de développer en parallèle nos deux sites de production », expose Laurent Huynh. 

Problème, les sites de production de Saint-Genis-Laval et de Lorette sont aujourd'hui en passe d'être saturés. «Une fois que nous aurons réalisé la 3e ligne de gnocchi à Lorette, nous aurons atteint les limites de notre développement en terme de surface», confirme le directeur général.

15 millions d'euros dans un troisième site

Pour assurer sa croissance future, Lustucru Frais a donc été contraint de se mettre en quête d'un terrain susceptible d'accueillir un troisième site de production. «Nous avons trouvé un terrain de 17 hectares à Communay près de Givors. L'avantage, c'est que ce terrain est situé à la frontière entre Loire et Rhône et relativement proche de notre base logistique de Montagny», explique Laurent Huynh. Sur ce terrain acquis récemment, Lustucru Frais a prévu d'édifier une usine de 7.500m². «Entre le terrain et l'usine, cela représente un investissement de 15millions d'euros, sans les lignes de production. Les travaux devraient démarrer en mars 2013 pour une livraison attendue en 2014», précise le directeur général. 
Dédiée en priorité au marché des plats cuisinés, la future usine devrait accueillir une première ligne de production à l'été 2014. «Le bâtiment sera configuré pour accueillir 4 lignes à horizon 2018. Au moins une de ces lignes sera dédiée à une innovation produit», confie Laurent Huynh. Cette nouvelle usine, qui accueillera au démarrage une vingtaine d'employés, pourrait aussi servir à terme de rampe de lancement à de futurs développements à l'export.

Lustrucru frais


(Saint-Genis-Laval) Dirigeant: Laurent Hyunh CA 2011: 110M€ 430 salariés 04 72 39 79 59 @email

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture