Réseaux

Les réseaux de Colette Rigaut

Par Agnès Le Men, le 04 décembre 2015

Elle a initié et cosigné l'ouvrage « 50 ans, 50 portraits d'ingénieures Arts et Métiers » qui marque les 50 ans de l'entrée de la première femme aux Arts et Métiers.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

À 55 ans, Colette Rigaut compte à son actif une trentaine d'années d'expérience en tant qu'ingénieure chez Pechiney/Alcan/Rio Tinto, à Voreppe. Depuis avril 2014, à La Buisse, elle met son expertise à la disposition des dirigeants de PME, auxquels elle propose un accompagnement opérationnel et stratégique en tant que consultante. Mère de trois enfants, elle s'est engagée en 2000 dans une action de réseautage bénévole, visant à rompre les stéréotypes qui freinent encore l'insertion des lycéennes dans les filières scientifiques et techniques. Fruit de cet engagement, ce recueil de témoignages de femmes ingénieures ? a été porté par
le groupe professionnel Arts et Métiers au féminin, dont elle est membre, et financé par la
Fondation Arts et Métiers. Édité à 1.500 exemplaires, il a été offert à tous les lycées nationaux qui accueillent des classes préparatoires. Car, pour Colette Rigaut, la mixité dans ces filières est un enjeu. Pour les entreprises, auxquelles ces femmes ingénieures apportent une vision et des solutions systémiques. Pour les femmes, dont le spectre d'enseignements technologiques des Arts et Métiers, mène à tous les secteurs d'activité et à la polyvalence. « En 1981, nous étions 3 % de femmes au Campus des Arts et Métiers d'Aix-en-Provence. En 2015, les élèves ingénieures des Arts et Métiers, en France, constituent près de 18 % des effectifs pour une promotion de 1 033 élèves. Ce qui représente une augmentation de 27 % par rapport à la rentrée 2014 », précise-t-elle.




Un ancrage de terrain


Présidente de l'association Arts et Métiers Alpes Dauphinoise, Colette Rigaut participe activement à diverses actions de sensibilisation. Au Salon de l'Étudiant à Alpexpo Grenoble. Au sein de l'association Rhônalpine,
Objectif pour l'Emploi (OPE), qui pilote l'opération Ingénieur(e) Technicien (ne) demain, à travers des interventions trimestrielles dans les collèges et lycées des académies de Lyon et Grenoble. Elle se mobilise aussi au sein de
l'Union des professeurs de sciences et techniques industrielles (UPSTI) dans le cadre de la Journée nationale des sciences de l'ingénieur au féminin, créée en 2013 par deux ingénieures Arts et Métiers, en association avec
Elles bougent. Ainsi qu'au sein du jury des
Olympiades de sciences de l'ingénieur. Pour convaincre les jeunes filles, point de longs discours. « Je détaille ma carrière dans un grand groupe international : une dizaine d'années en R & D dans le domaine de la fonderie d'aluminium, où j'ai développé un logiciel de simulation ; une dizaine d'années dans les achats, dont la coordination des achats d'une construction d'usine ; enfin, une dizaine d'années en management des systèmes environnement, santé et sécurité au travail ». Aujourd'hui dirigeante d'entreprise, elle est membre du
réseau Envol du pays Voironnais, dans lequel elle co-pilote avec
Acritec, bureau de contrôle technique et d'accréditation, un groupe de travail sur la RSE avec des membres, tels
Rossignol, Poma, Rexor, Automatique Industrie, Maatel, Predictive Image, rEActiv2M, ACTE International... Depuis peu, elle est adhérente du
RexAM
? le réseau des experts Arts et Métiers, et de l'
UNIRV ? Union interprofessionnelle des entreprises de la région voironnaise. Enfin, Colette Rigaut est membre élue au conseil d'administration de l'
Institut Carnot Arts ? laboratoire de recherche national des Arts et Métiers, visant le transfert technologique en sciences de l'ingénieur auprès des PME.



Agnès Le Men

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises