Banque

Le Crédit Agricole Lorraine signe un bilan 2020 "solide"

Par Jean-François Michel, le 28 avril 2021

Conforté dans le choix stratégique de consolider son réseau d’agences locales, le Crédit Agricole Lorraine a bouclé l’exercice 2020 sur une hausse de la production de crédits.

Le président du Crédit Agricole Lorraine, Claude Vivenot, entouré par le directeur général adjoint Jean-François Rinfray (à gauche), et le directeur général Laurent Cazelles.
Le président du Crédit Agricole Lorraine, Claude Vivenot, entouré par le directeur général adjoint Jean-François Rinfray (à gauche), et le directeur général Laurent Cazelles. — Photo : Crédit Agricole Lorraine

Avec un produit net bancaire (équivalent du chiffre d'affaires) en hausse de 4 % pour atteindre 242 millions d’euros et un résultat net de 50,1 millions d’euros à fin 2020, contre 60 millions d’euros en 2019, le Crédit Agricole Lorraine signe un "bilan solide", dans un contexte marqué par une "grande incertitude" liée à la crise sanitaire. Une "année atypique" marquée par trois phases, selon Laurent Cazelles, le directeur général de la banque régionale : trois mois de très forte activité, l’effondrement dû au confinement et une "très forte reprise" gênée par le confinement "light".

Si le président du Crédit Agricole Lorraine, Claude Vivenot, tient à souligner que certains secteurs d’activité ont "beaucoup souffert et n’ont pas fini de souffrir", la production de crédits de la banque montre que toutes les entreprises n’ont pas été paralysées par la situation sanitaire. "Nous avons fait 660 millions d’euros de crédit d’équipements en 2020, contre 560 millions d’euros en 2019", précise Jean-François Rinfray, directeur général adjoint. "Sur le premier trimestre 2021, nous enregistrons même une hausse de 16 % de la production de crédits pour les clients entreprises", se félicite Laurent Cazelles.

Développement des outils en ligne

S’il faut attendre les chiffres de la Banque de France sur les encours de crédit pour déterminer les raisons précises de cette augmentation, et connaître la part de marché du Crédit Agricole Lorraine, les dirigeants de la banque y voient le résultat de leur stratégie consistant à conforter le réseau d’agences locales. La banque compte 113 agences sur son périmètre (Meuse, Moselle et Meurthe-et-Moselle) et y a investi 13 millions d'euros depuis 2016.

"Cette crise qui dure nous montre déjà les limites du télétravail et des relations à distance", estime le président du Crédit Agricole Lorraine, qui tient à "ancrer localement" l’établissement et à "maintenir la proximité" avec les clients de la banque. Pour autant, la direction de la banque reconnaît que la crise a mis un coup de fouet au développement des outils en ligne. "J’estime que nous sommes aujourd’hui au même niveau que les banques en ligne", se félicite Claude Vivenot. Lors du premier confinement, la banque a dû injecter 800 000 euros pour équiper ses collaborateurs en équipements de protection mais aussi dans du matériel informatique pour pouvoir organiser le télétravail.

Des défaillances minimisées

"Nous avons su gérer ce risque industriel", insiste Laurent Cazelles, qui rappelle que sa banque a mis en place les prêts garantis par l’État (PGE) rapidement. Une mobilisation autour de ce PGE qui a bénéficié à 1 653 entreprises, pour un montant total accordé de 231 millions d’euros, avec un taux d’acceptation de 98 %. "Nous déplorons seulement cinq entreprises qui ont fait défaut", précise Jean-François Rinfray. Un niveau anormalement bas de défaillance, qui alerte les dirigeants de la banque : "Enregistrer si peu de défaillances en pleine crise interpelle", concède Laurent Cazelles. "S’il est indéniable que les dispositifs de soutien à l’économie ont fonctionné, nous nous attendons maintenant à un phénomène de rattrapage."

Réfutant l’idée d’une vague de défaillances qui pourraient engendrer des risques systémiques, la direction du Crédit Agricole Lorraine se dit tout particulièrement attentive au sort des TPE et estime que les dirigeants d’entreprise ont pris des décisions "de qualité", montrant leur capacité à "gérer leur trésorerie" même en situation de crise.

Le président du Crédit Agricole Lorraine, Claude Vivenot, entouré par le directeur général adjoint Jean-François Rinfray (à gauche), et le directeur général Laurent Cazelles.
Le président du Crédit Agricole Lorraine, Claude Vivenot, entouré par le directeur général adjoint Jean-François Rinfray (à gauche), et le directeur général Laurent Cazelles. — Photo : Crédit Agricole Lorraine

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail