Pays de la Loire

Emploi

Les entreprises rencontrent toujours plus difficultés à recruter des cadres dans les Pays de la Loire

Par Caroline Scribe, le 07 novembre 2022

En dépit des incertitudes économiques et géopolitiques, l’année 2022 pourrait s’achever sur un nouveau record en matière de recrutement de cadres dans les Pays de la Loire. Conséquence, les entreprises régionales éprouvent de plus en plus de difficultés à recruter des cadres, notamment dans les métiers de l’informatique, de la R & D et de l’action commerciale.

Les tensions de recrutement des cadres persistent dans les Pays de la Loire.
Les tensions de recrutement des cadres persistent dans les Pays de la Loire. — Photo : Flickr

Malgré l’incertitude générée par la dégradation du contexte économique liée à l’inflation, la crise énergétique et la guerre en Ukraine, les prévisions de recrutements restent bien orientées. Selon les chiffres révélés par l’Apec, 12 500 emplois de cadres sont attendus dans les Pays de la Loire sur l’année 2022. Cette prévision est confortée par le volume des offres d’emploi du troisième trimestre, en hausse de 43 % par rapport à l’avant-crise sanitaire : 8 674 offres ont ainsi été publiées sur le site de l’Apec (contre 6 065 au troisième trimestre 2019). Le recrutement des cadres dans les Pays de la Loire pourrait ainsi renouer avec les niveaux historiquement élevés de 2018 et 2019. À noter que la Métropole de Nantes concentre la moitié des quelque 200 000 cadres en poste dans les Pays de la Loire. 12 % d’entre eux travaillent à Angers, 10 % au Mans et 8 à 9 % en Vendée. La région s’inscrit ainsi dans le peloton de tête des régions où les entreprises éprouvent le plus de difficultés dans le recrutement des cadres.

L’informatique représente 25 % des prévisions de recrutement

Les fonctions qui embauchent le plus sont l’informatique (pour le quart des recrutements de cadres prévus), les ingénieurs études et R & D (15 %) et, fait nouveau, les commerciaux (13 %). Ce sont dans ces fonctions que le manque de candidats est le plus criant.

Les métiers jugés les plus difficiles à recruter sont les informaticiens (74 % des embauches jugées difficiles). Phénomène plus récent, les processus de recrutement s’avèrent également délicats dans les métiers de la finance, de la comptabilité et de l’audit (73 % des embauches jugées difficiles). Les difficultés concernent également les entreprises à la recherche de compétences, voire de doubles compétences, techniques : responsables techniques, ingénieurs process, responsable des achats, ingénieurs qualité, responsables logistiques.

Les entreprises doivent adapter leurs exigences

De ce fait, une majorité de cadres de la région se montrent confiants pour trouver facilement un nouveau poste. "L’équilibre entre les entreprises cherchant à recruter et les candidats s’est inversé, au profit de ces derniers. Dans ce contexte, l’enjeu de communication par les entreprises sur leur stratégie, leur environnement de travail… devient important. Pour attirer les profils, on voit émerger des propositions comme la semaine de quatre jours, le double lieu de travail, le travail en mode collaboratif… Pour trouver des candidats, les entreprises ont parfois intérêt à faire un pas de côté en embauchant, par exemple, des seniors qui représentent un vivier de talents disponibles et que nous accompagnons dans leur recherche d’emploi", commente Michèle Sallembien, déléguée régionale Apec Pays de la Loire. Malgré le manque de visibilité sur la conjoncture économique en 2023, les tensions de recrutement devraient donc perdurer dans la région, au moins en début d’année.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition