Nantes

Ressources humaines

Interview Indside : "Nous avons pour ambition d'accompagner la renaissance industrielle dans nos territoires"

Entretien avec Grégoire Buffet, directeur associé d'Indside

Propos recueillis par David Pouilloux - 23 septembre 2022

Orientée vers le recrutement 100 % industriel en France et à l’international, la société nantaise Indside se déploie à Lyon. Alors qu’il vient de choisir le statut d’entreprise à mission, le cabinet de recrutement entend profiter de la renaissance industrielle tricolore pour s’implanter dans de nouvelles villes.

Grégoire Buffet, fondateur et dirigeant associé d’Indside, cabinet de recrutement tourné à 100 % vers l’industrie.
Grégoire Buffet, fondateur et dirigeant associé d’Indside, cabinet de recrutement tourné à 100 % vers l’industrie. — Photo : David Pouilloux

Indside est un cabinet de recrutement nantais orienté à 100 % vers l’industrie. Vous venez de vous associer avec un cabinet lyonnais. Pour quelle raison vous déployer ?

La société a été fondée en 2000 à Nantes, et nous sommes également présents à Paris. Mais il nous semblait important d’être au plus proche de nos clients. Nous avons pour ambition d'être présents dans chaque grande région française, pour accompagner la renaissance industrielle dans nos territoires, et, à terme, d'intégrer un réseau international pour donner encore plus d'ampleur à cette partie de notre activité. Cette ambition se concrétise d'abord à Lyon, où nous avons fusionné avec le cabinet WSP, qui compte 3 personnes et a la même spécialisation que nous. Nous menons en ce moment deux projets de déploiement, un dans le nord de la France et un autre dans le Sud-Ouest. 

Est-ce pour vous rapprocher de vos clients ?

Pour connaître une entreprise sur le bout des doigts, une visio ne suffit pas. Nous avions en effet un besoin de proximité et nos clients aussi. Aller au contact, sur le terrain, visiter les usines et bien comprendre le contexte dans lequel nos candidats vont être plongés nous semblait indispensable. Il faut un bon candidat pour un poste, mais il faut aussi un bon poste pour un candidat. Nous sommes aujourd’hui 13 salariés, et venons de dépasser le million d’euros de chiffre d’affaires. Un nouveau collaborateur vient de nous rejoindre, spécifiquement sur le recrutement dans le secteur de l’industrie de la santé, un secteur en plein développement, dans cette période de post-covid et de souveraineté industrielle.

Vous venez d’endosser le statut d’entreprise à mission. Quel sens donnez-vous à cette étape ?

Écrire sa raison d’être et définir ses objectifs était une façon de graver dans le marbre notre ADN très porté sur la RSE depuis notre naissance. Notre pays, après avoir longtemps perdu des emplois dans l’industrie et vu ses usines se fermer, vit une période de renaissance industrielle. Nous tenons à y participer, mais pas n’importe comment. Le statut d’entreprise à mission permet de faire passer un message à nos clients et à nos candidats : la réindustrialisation de notre pays est une chance, mais elle ne doit pas se faire au détriment d’un moins disant social, sociétal, environnemental, tout en étant performant sur le plan économique. Le capital financier doit évoluer au même rythme que le capital humain.

Indside a également un volet international dans son activité ?

La réindustrialisation de la France ne doit pas s’accompagner d’un repli sur soi, d’une fermeture à l’international et à la dimension multiculturelle d’une entreprise. Nos clients sont des PMI et des ETI, qui ont souvent une activité à l’export ou qui ont carrément des filiales ou des bureaux à l’étranger. Nous avons recruté des candidats pour tous les pays d’Europe, beaucoup en Afrique, Amérique du Nord et du Sud. Actuellement, nous avons des missions de recrutement pour le Japon, par exemple. L’idée, c’est de recruter des talents sur place, des gens avec un profil multiculturel en particulier. Ils ont la capacité à travailler pour une entreprise française, et en même temps, ils maîtrisent les codes culturels d’un autre pays.

Qu’est-ce qui fait un recrutement efficient ?

Le candidat doit être avant tout motivé, être doté des bonnes compétences, avoir les capacités personnelles adaptées, suivant la formule magique de notre cabinet : E = MC2 (Efficience = Motivation x Compétences x Capacités). Notre rôle est aussi d’éclairer le sujet du recrutement, de favoriser une compréhension mutuelle, en montrant ce qu’attendent les entreprises et ce qu’attendent les candidats. Nous portons ainsi deux projets, à base d’entretiens vidéo. L’un se nomme Des robots et des talents, l’autre Greenside. Le premier vise à lever les inquiétudes autour de la robotisation, le second fait un focus sur l’économie circulaire. Ces deux projets concernent l’avenir de notre industrie avec l’ambition que cette renaissance que l’on vit soit positive pour les nouvelles générations.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition