Agroalimentaire

Des éleveurs lancent leur marque de lait équitable avec Intermarché

Par Caroline Scribe, le 06 février 2018

Les magasins Intermarché commercialisent depuis peu une nouvelle marque de lait dont la brique affiche le slogan "Les éleveurs vous disent merci !". Lancée par l'enseigne en partenariat avec des producteurs de Loire-Atlantique, cette marque de lait, qui se veut équitable, vise à mieux rémunérer les éleveurs.

Des éleveurs de Loire-Atlantique lancent avec Intermarché un lait grâce auquel ils seront mieux rémunérés. — Photo : Caroline Scribe - Le Journal des Entreprises

Disponible depuis début février dans les magasins Intermarché dans tout l'Hexagone, le lait vendu sous la marque "Les éleveurs vous disent merci !" marque l'aboutissement d'un projet né en pleine crise laitière. 136 producteurs laitiers de Loire-Atlantique, regroupés dans une organisation partenaire de la Laiterie de Saint-Père-en-Retz, filiale du groupe Intermarché, cherchent alors à mieux valoriser leur lait. En avance sur les Etats généraux de l'alimentation, l'enseigne et les agriculteurs imaginent alors un nouveau modèle, en circuit court, capable de rémunérer de façon plus équitable les éleveurs.

La moitié du prix de vente pour les producteurs

Vendue 88 centimes d'euros au consommateur, la brique de lait reverse au producteur 44 centimes, soit la moitié de son prix. Le reste se ventile entre 4 centimes de TVA et 20 centimes pour les frais de logistique et de distribution. Le solde revient à la Laiterie de Port-Saint-Père, l'une des deux unités de production d'Agromousquetaires, le pôle industriel national du Groupement des Mousquetaires, la maison mère d'Intermarché. « Sur cette marque, la laiterie travaille à marge quasi nulle. En lait conventionnel, il n'existe pas un meilleur prix proposé aux éleveurs et il ne s'agit pas d'un coup de com' car nous nous engageons sur un contrat de cinq ans renouvelable », affirme René Grelaud, directeur général de la laiterie. Cinq millions de litres de ce lait "équitable" devraient être produits pour commencer. Une goutte d'eau dans les 270 millions de litres que traite annuellement la laiterie sous la marque Pâturages d'Intermarché, au prix de 0,74 euro le litre.

Avec une rémunération de 440 euros les 1 000 litres de lait et une contractualisation sur cinq ans, la nouvelle marque doit permettre aux producteurs de couvrir leur prix de revient, compris en moyenne entre 0,32 et 0,38 euro le litre. Pour nombre d'entre eux, c'est une bouffée d'oxygène. Pour Gaël Drouet, éleveur à La Planche (Loire-Atlantique), cela représente : « de meilleures relations avec les fournisseurs, de meilleures relations avec les banques, la possibilité de continuer à investir sur l'exploitation, notamment dans un robot de nettoyage des aires d'élevage, ce qui va dans le sens du bien-être animal. »

Objectif : 5 millions de litres vendus en 2018

Les enjeux portent sur les volumes vendus. La laiterie comme les producteurs espèrent beaucoup plus que les 5 millions de litres prévus pour 2018 ;  les uns pour compenser la faiblesse des marges, les autres pour dégager un revenu supplémentaire qui pourrait avoisiner les 3 000 euros annuels.

Intermarché prévoit, pour sa part, de développer la marque à d'autres produits laitiers, à savoir le beurre et la crème. Cela devrait être fait au premier semestre 2018. D'autres filières, comme le bœuf et le porc, pourraient également être concernées par la suite. « La maîtrise de l'outil de production est un facteur différenciant d'Intermarché », estime son président, Thierry Cotillard.

Sur la vague de "C'est qui le patron?!"

Avec cette marque de lait, Intermarché veut surfer sur le succès d'autres marques lancées à l'initiative d'éleveurs, comme En direct des éleveurs et "C'est qui le patron?!", qui fait un carton avec plus de 22 millions de litres vendus en moins d'un an d'existence. Mais l'enseigne va un peu plus loin, sur le papier du moins, en reversant la moitié du prix de la brique aux éleveurs de sa marque équitable quand la rémunération des éleveurs "C'est qui le patron?!" n'excède pas aujourd'hui 39 centimes par litre sur un prix de vente à 99 centimes.

Des éleveurs de Loire-Atlantique lancent avec Intermarché un lait grâce auquel ils seront mieux rémunérés. — Photo : Caroline Scribe - Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture