Bretagne

Énergie

Le projet Estebam veut faire carburer à l’hydrogène les barges conchylicoles

Par Matthieu Leman, le 09 janvier 2023

Le projet Estebam veut mettre en place le rétrofitage des moteurs des barges de conchyliculture bretonnes avec une carburation à l’hydrogène. Portées par la CCI Côtes-d’Armor, avec le soutien de la Région Bretagne, les études qui ont commencé et devraient déboucher sur une réalisation en avril 2024, pourraient servir plus largement à la motorisation des bateaux de pêche et de passagers.

Les acteurs du projet Estebam étaient réunis à Hillion le 6 janvier.
Les acteurs du projet Estebam étaient réunis à Hillion le 6 janvier. — Photo : Matthieu Leman

Le projet Estebam, porté par la CCI Côtes-d’Armor, a franchi une nouvelle étape, vendredi, devant la société Cap Mer de poissons et fruits de mer (1 M€ de CA en 2022, 5 salariés), à Hillion. Ce programme vise à remplacer les moteurs des barges amphibies de conchyliculture bretonnes (elles sont entre 60 et 80) fonctionnant au gasoil par un moteur à hydrogène. "Il existe un environnement de véhicules qui fonctionnent à l’hydrogène, l’idée est d’amener ces technologies vers le maritime. La solution développée pour les barges pourra être transposable aux bateaux de pêche et de passagers", explique Olivier Ticos, responsable du bureau d’études vannetais Alca Torda, partie prenante du projet au même titre que la Région Bretagne, CMV Amphibie (Saint-Malo), Europe Technologie CIAM (Nantes), le Comité Régional de la Conchyliculture Bretagne Nord (CRCBN), Bureau Veritas Solutions Marine Offshore ou l’architecte naval Pierre Delion (Nantes).

Une étude de 600 000 euros (financée à hauteur de 250 000 euros par la Région) est lancée pour les études de dimensionnement technique et financier. Elle devrait être rendue en septembre 2023. Il faudra notamment déterminer quelle solution privilégier entre un moteur électro-hydrogène (moteur électrique alimenté par de l’hydrogène) ou un moteur hydrogène thermique. Si elle est concluante, la réalisation pratique, sur une barge en cours de construction chez CMV Amphibie, aura lieu dans la foulée pour une mise en service en avril 2024.

Enjeux environnementaux

Ce projet de "rétrofitage" de ces moteurs au gasoil présente plusieurs objectifs. En premier lieu, celui de réduire les émissions de CO². "Sur la baie de Saint-Brieuc, les quatorze barges émettent 12 000 tonnes par an", calcule la CCI Côtes-d’Armor. L’enjeu est également économique. "Nos barges consomment environ 15 000 litres de gasoil par an et le carburant est passé de 0,60 à 1,40 euro le litre", s’inquiète Stéphane Salardaine, dirigeant de Cap Mer et vice-président du groupe moules au CRCBN. Enfin, les moteurs actuels étant très bruyants, leur remplacement apportera un meilleur confort de travail aux professionnels et limitera l’impact sonore sur la faune.

Liaison avec les îles

Estebam fait partie des deux réponses reçues en 2022 par la Région à son appel à projets pour la décarbonation des activités de pêche et aquacoles, avec le projet d’intégration d’une pile à combustion hydrogène sur un bateau de pêche en activité, porté par la société Barillec (Lorient). "La Région possède des bateaux pour la desserte des îles. Nos prochaines commandes seront pour des bateaux décarbonés", assure Daniel Cueff, vice-président de la collectivité en charge de la mer et du littoral. Le futur navire chargé de la liaison entre Vannes et l’île d’Arz fait ainsi l’objet d’une pré-étude visant à l’équiper d’un moteur électro-hydrogène.

Estebam se situe également dans le contexte du projet hydrogène plus large de la CCI Côtes-d’Armor. Initié en 2019, il comprend notamment à l’horizon 2025 une station de production (dont l’appel d’offres sera déposé en avril) et deux stations de distribution dans l’agglomération briochine. Dans le cadre du projet Estebam, une autre station est prévue sur la zone mytilicole de Bon Abri, à Hillion. Le projet de la CCI 22 compte notamment le soutien de Saint-Brieuc Agglomération (qui prévoit la commande de quatorze bus et deux bennes à ordure ménagère motorisés à l’hydrogène). Ses opérateurs sont le girondin Valorem, associé au palois Téréga Solutions.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition