Bordeaux

Électronique

Génération Robots à la conquête de l’Europe

Par Anne Cesbron, le 13 novembre 2017

En 2018, depuis Mérignac, le girondin Génération Robots aura les yeux rivés sur l'Allemagne où il entend trouver de nouveaux clients.

L'équipe de Génération Robots
L'équipe de Génération Robots — Photo : Anne Cesbron

Ils ont réussi à faire de leur rêve d’enfant, leur métier. Chaque jour, les quinze salariés de Génération Robots, une entreprise de robotique découvrent, testent, assemblent et conçoivent les dignes héritiers de R2-D2, C3-PO, Optimus Prime ou encore Wall-E. Leurs créatures trônent sur les étagères, encombrent l’atelier ou patientent entre deux bureaux.

Premier métier de l’entreprise : la vente en ligne de robots et de matériels électroniques, parfois achetés, parfois assemblés par l’entreprise. Son site internet en trois langues – français, anglais et allemand – proposent 2 000 références  aux particuliers comme aux professionnels du monde de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche. "Une grande partie des universités européennes sont nos clientes", se félicite Jérôme Laplace, fondateur – dans son garage – de Génération Robots en 2011.

Et si le grand public ne constitue plus le marché prioritaire, à l’approche de Noël, on pressent ici que les cadeaux intelligents vont figurer en bonne place sous le sapin. Les robots à programmer manipulés par les collégiens dans le cadre des nouveaux programmes scolaires, devraient se vendre comme des petits pains.

23% de croissance

Le second métier de Génération Robots occupe les deux tiers des effectifs. Ingénieurs et docteurs  conçoivent des capteurs pour la robotique, forment leurs clients à la programmation de robots et développent des solutions clés en main en robotique de services professionnelle. Parmi ses grands donneurs d’ordres, l’entreprise basée à Mérignac compte des représentants de l’aéronautique et du nucléaire. "Nous sommes très bien vus par le CEA en tant que centre d’expertise technologique". Véritable locomotive, l’activité du bureau d’études a été multipliée par deux entre 2016 et 2017. Le chiffre d’affaires de l’entreprise de 2016 a quant à lui a progressé de 23 % par rapport à 2015, s’établissant à 3,1 millions d’euros. "Cette année nous allons faire au moins aussi bien", se félicite Jérôme Laplace.

Direction l’Allemagne en 2018

Rentrée 2018, c’est du côté de l’Allemagne que Génération Robots entend se trouver des clients. Outre-Rhin, le commercial de la nouvelle filiale prospectera le secteur de l’éducation : "En termes d’apprentissage du code, l’Allemagne a un retard sur la France de deux ou trois ans". Il s’agira, dans le cadre d’un programme de vente B to B, de doubler le chiffre d’affaires allemand par rapport à celui de 2017. "On avance à l’opportunisme, on continue à se déployer sur nos marchés en Europe comme on le fait depuis le début". Le tout sans avoir jamais eu recours à une levée de fonds. "Peut-être le faudra-t-il sur un projet particulier pour frapper fort et aller vite, mais pour le moment c’est plus confortable d’être seul au capital, à l’ancienne", assure le dirigeant, qui commence à lorgner le domaine de la sécurité et de la défense.
 

L'équipe de Génération Robots
L'équipe de Génération Robots — Photo : Anne Cesbron

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail