Clermont-Ferrand

Chimie

Afyren lève 66,5 millions d'euros pour son introduction en Bourse

Par Pierre Lelièvre, le 29 septembre 2021

Pour son introduction en Bourse, la société auvergnate de chimie verte productrice de molécules biosourcées pour l’industrie Afyren sécurise une augmentation de capital de 66,5 millions d’euros. Un financement qui lui permettra d’avancer dans le déploiement de deux nouvelles unités de production dans le monde.

Après avoir lancé début 2021 la construction de sa première usine en Moselle, l'auvergnat Afyren lève plus de 66 millions d’euros en Bourse pour accélérer le déploiement de nouvelles bioraffineries dans le monde.
Après avoir lancé début 2021 la construction de sa première usine en Moselle, l'auvergnat Afyren lève plus de 66 millions d’euros en Bourse pour accélérer le déploiement de nouvelles bioraffineries dans le monde. — Photo : Afyren

La pépite auvergnate de la chimie verte Afyren, cofondée par Nicolas Sordet et Jérémy Pessiot à Clermont-Ferrand, a réussi son introduction en Bourse sur le marché Euronext Growth en levant 66,5 millions d’euros, dont près de la moitié avait été sécurisée auprès des partenaires financiers historiques (Mirova, Bpifrance, Sofinnova, CACF Développement). La taille de l’opération pourra être portée à près de 72,8 millions d’euros si l’option de sur-allocation à hauteur de 10 % de l’offre initiale est intégralement exercée. Le prix d’introduction en Bourse par action a été fixé à 8,02 euros, soit le montant bas de la fourchette indicative de prix de l’offre. Le début des échanges sur le marché est prévu le 1er octobre.

Il s’agit de la première introduction en Bourse pour une pépite de la French Tech 120, hors Next 40. Au terme de l’augmentation de capital, la capitalisation boursière d’Afyren est de 206,6 millions d'euros.

Financer de futurs sites industriels

Cette entrée en Bourse vise notamment à financer plusieurs développements indispensables à la croissance de l’entreprise. Un tiers des fonds levés doivent être dédiés à la R & D et à la préparation des futurs sites industriels. Les deuxième et troisième tiers permettront de renforcer les fonds propres de deux projets industriels en cours de conception.

Ancré sur un marché estimé à 13 milliards de dollars en 2021 et attendu à plus de 21 milliards d'euros en 2030, Afyren a lancé début 2021 la construction de sa première usine sur le site de Carling-Saint-Avold (Moselle), via sa coentreprise Afyren Neoxy, lancée avec le fonds SPI de Bpifrance. Un projet à plus de 60 millions d’euros qui anticipe de quelques années le déploiement de nouveaux sites de production aux États-Unis ou en Asie.

Fondée en 2012, Afyren a mis au point des procédés de production de molécules biosourcées destinées à remplacer des molécules issues de l’industrie pétrolière qu’utilisent les industriels de l’alimentation humaine et animale, de la cosmétique et du parfum. Des molécules également utilisées dans la fabrication de lubrifiants pour la mécanique.

Après avoir lancé début 2021 la construction de sa première usine en Moselle, l'auvergnat Afyren lève plus de 66 millions d’euros en Bourse pour accélérer le déploiement de nouvelles bioraffineries dans le monde.
Après avoir lancé début 2021 la construction de sa première usine en Moselle, l'auvergnat Afyren lève plus de 66 millions d’euros en Bourse pour accélérer le déploiement de nouvelles bioraffineries dans le monde. — Photo : Afyren

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail