Ain
Lyveat installe son modèle de livraison dans les villes moyennes
Ain # Distribution # Innovation

Lyveat installe son modèle de livraison dans les villes moyennes

S'abonner

En un peu plus de deux ans, la société Lyveat, basée à Oyonnax et spécialisée dans la livraison de repas à domicile a conquis quelque 140 agglomérations. Sa société mère, Endama group, s’apprête à lancer un service de livraison express de produits, Coliveri.

Lyveat a été lancé fin 2019 à Oyonnax — Photo : DR

Pour ceux qui vivent dans une grande métropole, la possibilité de se faire livrer un burger ou un plat thaï pour le dîner relève presque de l’évidence. Pour les habitants de Megève ou de Champagnole, dans le Jura, un peu moins. C’est pourtant possible, grâce à Lyveat (60 salariés ; CA : n.c.) qui s’est lancé fin 2019 sur le créneau de la livraison de repas à domicile dans les villes de taille intermédiaires et les territoires ruraux. "Nous ne livrons pas dans les villes de plus de 160 000 habitants", explique le cofondateur Enzo Chagny. En 2019, les grands groupes de livraisons, tels que Deliveroo ou Uber Eats étaient très peu présents sur ce segment et "n’y étaient pas nécessairement très performants".

Aujourd’hui, la concurrence s’intensifie, mais Lyveat "parvient à rester leader". Pour cela, la plateforme a élargi son rayon de livraison à 30 km. Et alors que ses concurrents se rémunèrent en prélevant une double commission, sur les frais de livraison et sur le prix du repas, Lyveat reverse 100 % des frais de livraison aux livreurs -leur garantissant ainsi des revenus "30 à 40 % plus élevés". Et retient "la commission la plus faible du marché" auprès des restaurateurs. Exit enfin les frais annexes : frais d’entrée, mise en service, abonnement. La société aindinoise propose aussi aux restaurateurs un programme de digitalisation. "Nous nous sommes aperçus qu’un certain nombre d’entre eux, en particulier en zone rurale, étaient assez éloignés des nouvelles technologies." Durant la phase de déploiement, les managers de Lyveat se déplacent au contact des restaurateurs pour leur dispenser une formation d’une heure sur le fonctionnement de l’application et du matériel informatique.

Un déploiement prochain à l’international

Lyveat a par ailleurs bénéficié d’un contexte favorable. Lancé à la veille du confinement, le service s’est déployé à vitesse grand V. "En 10 mois, nous sommes passés de quatre villes dans l’Ain à une centaine dans toute la France." Aujourd’hui, la plateforme est opérationnelle dans plus de 140 agglomérations, soit entre 200 et 300 villes. 2021 a été une période de consolidation, qui a aussi vu l’arrivée de grandes enseignes comme Buffalo Grill, CourtePaille ou McDonald’s sur la plateforme, qui a enregistré plus de 15 millions d’euros de transactions.

Prochaine étape : un déploiement à l’international. "Dans certains pays d’Europe, comme en Belgique ou au Portugal, le marché de la livraison de repas à domicile est beaucoup moins concurrentiel." Une levée de fonds courant 2022 pourrait favoriser cette internationalisation. Elle viendrait également soutenir le lancement du nouveau service nommé Coliveri que s’apprête à lancer Endama group, la société mère de Lyveat. Un service de livraison de colis par coursier, au mieux dans l’heure, au maximum à J + 1. Pour proposer ses services, Coliveri envisage deux approches : s’adosser à une marketplace de commerçants ou offrir la possibilité aux particuliers et aux professionnels de réserver directement leur course sur Coliveri. Une activité qui devrait permettre de dégager 200 000 à 500 000 euros la première année d’exercice, anticipe Enzo Chagny.

Ain # Distribution # Innovation
Fiche entreprise
Retrouvez toutes les informations sur l’entreprise BEAUVALLET