Saint-Nazaire
Le groupe de logistique Idéa poursuit sa stratégie de diversification sur de nouveaux marchés
Saint-Nazaire # Logistique # Investissement industriel

Le groupe de logistique Idéa poursuit sa stratégie de diversification sur de nouveaux marchés

S'abonner

Le groupe Idéa déroule son plan stratégique 2025 avec un an d’avance sur l’objectif. Diversification, innovation et décarbonation sont les trois piliers sur lesquels s’appuie le logisticien de Montoir-de-Bretagne pour atteindre un chiffre d’affaires de 225 millions.

Le comité exécutif du groupe de logistique Idéa, réuni autour de Nicolas Derouault, Président directeur général — Photo : © oioo studio nantes - Oioo Studio

Idéa, qui propose des solutions logistiques sur mesure, a pris de l’avance sur son plan stratégique "Good Idéa" couvrant la période 2020-2025. À mi-parcours, le groupe coopératif a enregistré un chiffre d’affaires 2023 de 200 millions d’euros, en croissance de 15 % par rapport à l’exercice précédent. Le groupe compte également 2 100 salariés, répartis sur 70 sites en France, dont le siège basé à Montoir-de-Bretagne. Ces chiffres sont à rapprocher des 150 millions d’euros de chiffre d’affaires, réalisés avec 1 500 collaborateurs en 2020 et de l’objectif de 225 millions d’euros de chiffre d’affaires et de 2 300 collaborateurs visés à l’horizon 2025, à raison de 250 recrutements chaque année. "Nous avons environ un an d’avance sur notre plan stratégique. Nous voulons accélérer en nous appuyant sur notre capacité à proposer à nos clients des offres sur mesure, collées aux usines et sur notre capacité à investir sur le long terme grâce à notre modèle coopératif et notre totale indépendance financière", indique Nicolas Derouault, PDG du groupe Idéa. Le plan stratégique passe, en effet, par un programme d’investissement de 100 millions d’euros entre 2021 et 2025.

Diversification dans la santé

L’un des principaux axes stratégiques du plan est la poursuite de la diversification du groupe. "Pendant des années, nous avons été aéro-dépendants. Sur ce marché, nous ne sommes pas revenus au niveau d’activité antérieur au Covid, sans pour autant que cela affecte notre croissance. C’est grâce à la politique de diversification que nous menons depuis 2020. Tout en continuant à accompagner nos clients de l’aéronautique, nous avons diversifié nos marchés, nos clients et nos métiers pour améliorer notre résilience face à des crises de plus en plus rapprochées", commente le dirigeant. Si l’aéronautique représente encore la moitié de l’activité d’Idéa, le marché de la Défense, développé depuis 2020, arrive immédiatement derrière, suivi par la construction navale, les télécoms et le "multi-industries". Depuis 2022, le groupe se diversifie dans le secteur de la santé, avec deux contrats signés : le premier avec la clinique Santé Atlantique du groupe Elsan, à Saint-Herblain, près de Nantes, le second dans l’est de la France avec un établissement dont le nom n’est pas encore communiqué.

Le groupe de logistique Idéa se diversifie dans le secteur de la santé — Photo : Ronan Rocher

Bâtiment et nucléaire

L’ETI a également investi le secteur du bâtiment et de la logistique des chantiers, en ciblant notamment le marché de la rénovation énergétique en site occupé complexe. "Nous faisons le pari que la préfabrication d’éléments de construction va se développer et nous voulons proposer des services de mise en kit (kitting) depuis une plateforme de proximité", indique Cédric Valmalle, directeur du développement. Pour l’heure, Idéa a signé un contrat-cadre avec Bouygues Bâtiment en 2022 et est engagé, aux côtés de Vinci, dans le chantier de la construction du futur CHU de Nantes. "Nous souhaitons également nous positionner sur le marché des futures centrales nucléaires françaises. À long terme, l’objectif est de multiplier les marchés importants", précise Cédric Valmalle.

Un cariste prépare le chargement d’un camion au départ vers un chantier de rénovation pour un constructeur immobilier — Photo : Fabrice Dimier

Clubs de golf et fromage

Par ailleurs, le logisticien a saisi des opportunités de diversification sur des marchés de niche. Fin 2023, il a signé un premier contrat sur le marché du B to C, avec Golfbidder, leader du commerce en ligne de clubs de golf reconditionnés au Royaume-Uni. Le groupe assure également une prestation de livraison sur les points de vente pour un fromager. "Les grandes cadences ne sont pas notre cœur de métier. Nous intervenons pour des petites ou moyennes séries", pointe le directeur du développement, qui évalue à 10 % la part que devraient représenter, à terme, ces diversifications.

Automatisation, digitalisation et IA

Autre axe stratégique prioritaire pour Idéa, l’innovation, avec un encours d’investissement s’élevant à 6 millions d’euros et un complément prévu de 3 millions d’euros supplémentaires. Ces investissements sont orientés vers l’automatisation, la digitalisation des outils de travail, la data, l’intelligence artificielle et la transition énergétique. À titre d’exemple, le groupe a lancé, sur son site de Cherbourg, une expérimentation pour intégrer une solution qui détecte les situations accidentogènes et déclenche des alarmes visuelles ou sonores pour protéger les opérateurs contre les risques encourus. "Outre l’amélioration de la sécurité des collaborateurs, l’application de l’intelligence artificielle à nos métiers a pour but d’industrialiser les flux de données pour créer de la valeur chez nos clients et aider à la décision. Nous voulons développer l’intelligence artificielle sur des sujets très opérationnels comme les déplacements, le stockage, le prédictif", expose Jean-Baptiste Bernicot, responsable des pôles Ingénierie & Innovation chez Idéa.

Décarbonation

Le groupe s’est également engagé à proposer des prestations logistiques à moindre impact environnemental. À fin 2023, Idéa a d’ores et déjà réduit de 20 % ses émissions de gaz à effet de serre et vise un objectif de moins 25 % d’ici la fin de 2025. Pour ce faire, des plans d’actions ont été déclinés en suivant plusieurs axes. Le premier porte sur la sobriété avec des efforts pour optimiser les tournées et limiter le kilométrage à vide des camions, pour allonger la durée de vie des matériels… Idéa travaille également sur la diversification du mix énergétique de sa flotte de transport. 25 véhicules affectés aux circuits courts roulent déjà au biogaz et un nouveau biocarburant, le PUR-XTL, adapté aux trajets longue distance, va équiper les tracteurs diesel à partir de 2024.

Evolution vers le statut d’entreprise à mission

Idéa a, par ailleurs, conçu un outil, Saving CO2, qui permet de mesurer l’empreinte carbone des prestations délivrées aux clients et de leur proposer des alternatives plus vertueuses. Enfin, sur son écoparc de la Barillais, Idéa poursuit la production d’énergies vertes.

Sur le volet sociétal, après une première ouverture de 10 % de son capital à ses salariés en 2018, Idéa s’apprête à renouveler l’opération. "Plus de la moitié de nos collaborateurs souhaite rejoindre ce projet que nous ne menons pas pour des raisons financières. Il participe de notre évolution vers le statut d’entreprise à mission qui sera au cœur de notre plan 2025-2030", conclut Nicolas Derouault.

Saint-Nazaire # Logistique # Investissement industriel # Transition énergétique # Capital