Mulhouse

Industrie

Relocalisation

Pourquoi Soprema relocalise sa production de super-isolants en mousse polyuréthane près de Mulhouse

Par Fabrice Voné, le 31 janvier 2024

Le leader des produits d’étanchéité et d’isolation thermique des bâtiments va renforcer sa capacité de production de super-isolants en mousse de polyuréthane, en construisant une usine à proximité de Mulhouse. Un investissement chiffré à 50 millions d’euros qui vient d’obtenir le feu vert du conseil de Mulhouse Alsace Agglomération.

La future unité de production de Soprema à Sausheim générera 160 embauches dont 80 emplois directs.
La future unité de production de Soprema à Sausheim générera 160 embauches dont 80 emplois directs. — Photo : DR

Employant 10 500 collaborateurs dont près de 5 000 personnes en France, Soprema va investir 50 millions d’euros pour relocaliser à Sausheim (Haut-Rhin), près de Mulhouse, une usine de super-isolants en mousse de polyuréthane aujourd’hui située à l’étranger. Ceci afin de répondre aux enjeux de rénovation du marché de l’habitat et de la construction. "Le permis de construire sera déposé au printemps pour une ouverture au début de l’année 2026", a indiqué Pierre-Étienne Bindschedler au sujet de cette relocalisation prévue sur un terrain de 12 hectares situé dans la forêt domaniale de la Hardt.

Création de 80 emplois directs

Le PDG du leader mondial des produits d’étanchéité et d’isolation thermique des bâtiments (4,8 milliards d’euros de CA 2022), dont le siège est à Strasbourg et qui totalise 123 sites de production sur la planète, précise que cet investissement générera la création de 80 emplois directs. Mais aussi de 80 emplois indirects. Le tout sur une surface de plancher de 30 250 m2. Un site qui sera "la duplication" des usines qui existent déjà à Nîmes et près d’Auxerre, ajoute le dirigeant.

Alimenter les marchés de proximité

Ce projet s’inscrit dans la stratégie globale de décarbonation de Soprema, en lui permettant de réduire ses émissions de CO2 induites par le transport routier. Le futur site haut-rhinois alimentera des marchés de proximité en France mais aussi en Suisse, en Allemagne et en Autriche. Il bénéficiera également d’un accès au réseau ferré existant afin de s’approvisionner en matières premières et d’expédier sa production. Le bâtiment s’appuiera sur des techniques de construction bas carbone et profitera d’une production d’énergie renouvelable (avec 12 600 m2 de panneaux photovoltaïques) ainsi que d’une toiture végétalisée et de solutions d’irrigation.

Un site en pleine mutation

Soprema avait fait l’acquisition de cette ancienne parcelle de forêt appartenant à Stellantis dans le cadre d’un projet d’aménagement d’une partie du site mulhousien du constructeur automobile porté par la SAS Armau basée à Kingersheim (Haut-Rhin). Un endroit amené à connaître de profondes mutations puisque le développeur immobilier belge VGP vient aussi d’acquérir 21 hectares pour y ériger un parc d’activités au service d’entreprises logistiques et industrielles.

Les élus valident un projet "respectueux des enjeux environnementaux"

Réuni en début de semaine, le conseil d’agglomération de Mulhouse Alsace Agglomération (m2A) a émis un avis favorable à l’implantation de Soprema considérée comme "respectueuse des enjeux environnementaux et de la démarche ERC (Éviter, réduire, compenser)". La collectivité signera prochainement une convention de projet urbain partenarial (PUP) pour permettre la desserte en eau potable du futur site ainsi que de celui de la société CEVA Logistics, située sur des terrains adjacents et aujourd’hui alimentée par le réseau privé de Stellantis.

Une compensation pour le défrichement de 8,5 ha de la forêt de la Hardt

L’arrivée de Soprema dans le Haut-Rhin entraînera cependant le défrichement de 8,5 hectares de la forêt domaniale de la Hardt (qui s’étend sur 13 000 hectares dans une portion hors Natura 2000). Cette opération sera compensée par la mise en œuvre de 17 hectares de travaux sylvicoles, en collaboration avec l’ONF sur trois secteurs boisés dégradés à Hirtzfelden, Réguisheim et Sausheim, le maintien de 3,3 hectares de boisements et l’installation de nichoirs pour les oiseaux, d’hibernaculums pour les reptiles et de gîtes pour les chiroptères.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition