Strasbourg

Informatique

Leanspace lève six millions d’euros pour se positionner dans l’industrie du spatial

Par Lucie Dupin, le 20 juillet 2022

La start-up strasbourgeoise Leanspace développe ses services numériques disponibles dans le cloud pour les acteurs de l’industrie du spatial. Elle vient de lever six millions d’euros pour déployer sa présence commerciale et étoffer son équipe de profils pointus et internationaux.

Guillaume Tanier a cofondé Leanspace à Strasbourg en 2020 et souhaite contribuer à développer une filière du spatial dans la région.
Guillaume Tanier a cofondé Leanspace à Strasbourg en 2020 et souhaite contribuer à développer une filière du spatial dans la région. — Photo : Lucie Dupin

Depuis Strasbourg, Leanspace pourrait bien faire bouger les lignes de l’industrie du spatial. Active dans le "New space", ce mouvement entrepreneurial né, entre autres de la multiplication des acteurs privés actifs dans l'économie du spatial, la start-up vient de lever six millions d’euros en capital-risque auprès du fonds français Karista, du fonds allemand 42Cap et de Bpifrance. Le financement total de la jeune pousse créée en 2020 s’élève à 8,5 millions d’euros avec un précédent accompagnement du fonds Seraphim Space, de l’International Space University de Strasbourg et de business angels.

Services dans le cloud

Leanspace développe et commercialise une "Platform as a Service (PaaS)", soit une collection de services disponibles dans le cloud que ses clients (opérateurs de satellites, de services en orbite, intégrateurs de logiciels etc.) utilisent et intègrent pour développer leurs propres logiciels et programmes. Son modèle économique est fondé sur le paiement à l’usage. La start-up fait réaliser des économies d’échelle aux clients finaux qui utilisent ces briques de services au lieu de changer tout un logiciel en cas de besoin. "Ce modèle existe dans d’autres secteurs mais pas dans l’industrie du spatial. Nous sommes les premiers, et pour l’instant les seuls, à le proposer", assure Guillaume Tanier, cofondateur de Leanspace.

La jeune pousse compte bien s'imposer avec l'avènement de nouveaux services spatiaux dont le marché était encore inédit il y a dix ans. "Les usages sont multiples et le début du New space dans lequel nous nous situons actuellement correspond à l’équivalent du début de la démocratisation d’Internet dans les années 1990", estime Guillaume Tanier. Des entreprises privées peuvent par exemple aujourd'hui développer des systèmes satellitaires capables de fournir des données utilisées en agriculture, dans la gestion des flux logistiques ou encore par les services de planification urbaine. C’est en tout cas le filon qu’a flairé l'ingénieur alsacien qui a occupé plusieurs postes à l’international dans l’industrie du spatial avant de revenir à Strasbourg pour cofonder Leanspace.

Recrutement international

Les quatre cofondateurs et actionnaires majoritaires de Leanspace sont français, indien, canadien et espagnol. L’équipe de 25 personnes, composée de 14 nationalités, prévoit de doubler ses effectifs d’ici fin 2023. La levée de fonds permettra de recruter "des profils à haute valeur ajoutée" et d’accompagner le développement commercial de Leanspace. Déjà passée au stade de l'hypercroissance selon son cofondateur, la société compte une dizaine de clients, principalement en Europe, avec des ambitions en Inde, aux États-Unis et au Canada.

Tout en restant discret à propos de son chiffre d’affaires, Guillaume Tanier le décrit comme "suffisamment crédible pour convaincre des investisseurs". "Il a déjà doublé depuis la création de l’entreprise et devrait être multiplié par deux tous les ans", appuie-t-il. L’entrepreneur prépare déjà la prochaine levée de fonds et a bon espoir que la société Leanspace soit retenue dans le programme gouvernemental France 2030 "qui donne la part belle au spatial".

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition