Bas-Rhin

Transport

Le Réseau Express Métropolitain Européen s’élance dans le Bas-Rhin

Par Isabelle Maradan, le 07 décembre 2022

La Région Grand Est et l’Eurométropole de Strasbourg lancent le Réseau Express Métropolitain Européen (REME) sur le bassin de vie bas-rhinois et transfrontalier. Leur ambition est de convaincre les usagers de préférer le transport multimodal, en partie au moins décarboné, à la voiture individuelle.

Illustration de l’intermodalité à la gare d’Hoenheim (Bas-Rhin).
Illustration de l’intermodalité à la gare d’Hoenheim (Bas-Rhin). — Photo : Jean-Francois Badias / Ville et Eurométropole de Strasbourg

Le Réseau Express Métropolitain Européen (REME) sera mis en place à compter du 11 décembre 2022. Première étape : la mise en circulation sur le réseau reliant 95 gares de 813 trains supplémentaires par semaine, dès le lancement. L’offre de transport s’élargit ainsi avec un train toutes les 15 minutes aux heures de pointe dans 13 gares de l’agglomération, une amplitude horaire de 5 heures à 23 heures et des trains supplémentaires le week-end.

Le dispositif prévoit également d’augmenter le nombre de cars express et de développer des infrastructures cyclables de qualité et des pôles d’échanges multimodaux (PEM), permettant de combiner plusieurs modes de transports. À partir du 21 août 2023, le nombre de trains sera porté à 1 072, soit plus de 40 % de trains supplémentaires par rapport au service actuel. L’objectif est de proposer une alternative à la voiture individuelle, sur le bassin de vie bas-rhinois et transfrontalier, dans une logique de décarbonation des transports.

Intermodalité et transfrontalier

"Le REME, c’est plus de 700 millions d’euros d’investissement à ce jour, a détaillé Jean Rottner, président de la Région Grand Est lors de la conférence de presse de lancement de ce premier "RER" régional, le 7 décembre 2022. "480 millions d’euros pour acquérir du matériel roulant" notamment, et la réalisation d’une quatrième voie entre Strasbourg et Vendenheim pour "117 millions d’euros".

Le lancement du REME constitue, selon lui, "une première étape" d’un projet qui "s’inscrit dans le temps et doit évoluer", d’ici à 2030, avec, notamment, l’intensification de l’offre de bus et de nouvelles lignes de tramway. Pia Imbs, présidente de l’Eurométropole de Strasbourg, souligne "un accord inédit entre la Région Grand Est et l’Eurométropole autour d’un schéma directeur des mobilités commun". Elle précise l’engagement financier de "14 millions par an pour le budget de fonctionnement porté par les deux collectivités".

Jean Rottner souligne qu’il y aura "forcément des désagréments et des travaux, dans les cinq ans à venir, avec "des lignes à remettre à niveau pour un service de meilleure qualité derrière". Il insiste sur l’investissement important - "600 millions d’euros" - prévu pour développer les liaisons vers Wissembourg et Lauterbourg, au nord du Bas-Rhin. La dimension transfrontalière est une autre spécificité de ce REME, avec, par exemple, des lignes renforcées vers les villes allemandes d’Offenbourg, Karlsruhe et Sarrebruck.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition