Finance

Comment Wiseed veut convertir les PME au financement participatif

Par Pierrick Lieben, le 27 mars 2018

Les PME, après les start-up et l'immobilier. La plate-forme de financement participatif Wiseed a lancé, en début d'année, une nouvelle offre de financement dédiée aux « entreprises matures ». Un moyen pour l'entreprise toulousaine de poursuivre une diversification entamée en 2011.

Louise Chopinet, responsable développement entreprise chez Wiseed.
Avec son offre dédiée aux PME, Wiseed veut proposer aux entreprises « un complément, voire une alternative, au financement bancaire », explique Louise Chopinet, responsable développement entreprise. — Photo : Wiseed

Wiseed part à la conquête des PME. La plate-forme de financement participatif, basée à Toulouse, propose une nouvelle offre à destination des "sociétés matures". Les entreprises sélectionnées pourront désormais solliciter, auprès des 11 000 investisseurs du site, un emprunt obligataire « à des taux compris entre 5 et 8 % », précise Louise Chopinet, responsable développement entreprise. Le gestionnaire de stations de ski pyrénéennes N’Py, basé à Lourdes (Hautes-Pyrénées), est la première en passe de conclure une telle opération, pour au moins 200 000 euros.

Wiseed poursuit ainsi sa politique de diversification. Cette incursion dans le capital-développement est toutefois présentée comme une suite logique, inscrite dans l’histoire même de l’entreprise.

Des start-up aux PME, en passant par l'immobilier

Née en 2008, Wiseed s’adressait jusque-là, et avant tout, aux start-up en phase d’amorçage. La plate-forme leur permet de lever des fonds en crowdequity (ouverture du capital aux internautes). Dès 2011, elle prend toutefois un virage majeur, en se lançant dans l’immobilier neuf et l’émission d’obligations pour le compte de promoteurs.

Pari réussi : cette activité pèse, en 2017, près des deux tiers des montants investis par ses membres, à hauteur de 70 millions d’euros (sur un total de 108,5 millions collectés depuis les débuts de Wiseed), en hausse de 92 % sur un an. En comparaison, les start-up ont levé deux fois moins d'argent en huit ans (36 millions d’euros), avec une progression "limitée" à 33 % entre 2016 et 2017. Les jeunes pousses ne représentaient plus qu’un projet sur cinq mis en ligne l'an dernier.

« Aujourd’hui, on combine un peu ces deux activités historiques dans notre offre pour les PME », explique Louise Chopinet. Le produit obligataire, jusque-là réservé à l’immobilier, est ainsi mis au service d’entreprises dites matures. Les candidats à ce financement en quasi fonds propres doivent en effet présenter au moins deux bilans et disposer d’une capacité d’autofinancement positive.

Proposer une alternative aux banques

Wiseed entend ainsi élargir sa cible à « des entreprises qui ne vont pas forcément crever les plafonds en termes de chiffres d’affaires et de développement ». Là où le financement en actions « nécessite d’être sur des projets capitalistiques et très ambitieux », les obligations permettent à Wiseed de viser « des sociétés beaucoup plus modestes, mais avec une rentabilité ». De quoi diversifier aussi les opportunités d’investissement présentées aux membres de la plate-forme, avec des placements en théorie moins risqués.

« Avec ce produit, on offre aux entreprises un levier supplémentaire par rapport aux banques. »

La plate-forme espère désormais convaincre les entreprises œuvrant dans les secteurs de la transition énergétique, le numérique B2B, la santé et, toujours, l’immobilier.

Pourquoi ces PME se convertiraient-elles à ce mode de financement "par la foule" ? Parce qu’il leur ouvre l’accès à une solution simple pour récupérer des capitaux, en complément, voire à la place, des banques, répond Louise Chopinet : « on offre un levier supplémentaire par rapport à celles-ci, d’autant plus que nos conditions d’émission d’emprunts obligataires sont beaucoup plus souples. On vient donc répondre à un besoin de fonds propres rapides. On permet aussi à l’entreprise de diversifier ses ressources et limiter sa dépendance. » Wiseed compte enfin faire profiter aux projets sélectionnés d’un avantage intrinsèque au crowdfunding : le surcroît de visibilité provoqué par une campagne de collecte en ligne.

Louise Chopinet, responsable développement entreprise chez Wiseed.
Avec son offre dédiée aux PME, Wiseed veut proposer aux entreprises « un complément, voire une alternative, au financement bancaire », explique Louise Chopinet, responsable développement entreprise. — Photo : Wiseed

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture