Marseille

Technologies

Traxens : Rendre les conteneurs intelligents

Par Didier Gazanhes, le 01 avril 2016

La technologie développée par la société marseillaise Traxens ambitionne de bouleverser le monde du shipping en proposant un suivi temps réel des conteneurs. Le groupe CMA CGM vient notamment de l'intégrer dans les navires Bougainville et Benjamin Franklin.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

La société marseillaise Traxens, installée dans les locaux de la pépinière Marseille-Innovation développe une innovation qui constitue une véritable rupture. Une technologie qui fait entrer le monde du shipping et de la logistique dans une nouvelle ère et qui va transformer les conteneurs maritimes en véritables objets connectés.

Traxens est née d’une ancienne conversation entre Jacques Saadé, fondateur du groupe CMA CGM, troisième opérateur mondial en termes de transport maritime de conteneurs et Michel Fallah, ancien de Gemplus. « Jacques Saadé souhaitait trouver un moyen de suivre ses conteneurs à travers le monde. En 2012, Michel Fallah a créé Traxens avec l’ambition de développer une technologie qui réponde à cette question. Il existe déjà des solutions coûteuses utilisables pour des produits à forte valeur ajoutée, mais notre originalité, c’est d’avoir l’ambition de suivre tous les conteneurs et donc de mettre en œuvre une technologie à un tarif accessible », explique Tim Baker, directeur marketing et communication chez Traxens.

L’entreprise développe ainsi un boîtier qui se fixe sur les conteneurs et qui leur permet de transmettre des informations. « Nous avons développé le réseau Trax-net en collaboration avec L’Inria de Lille ». Les trois années de R & D ont été rendues possibles par une levée de fonds d’1 million d’euros qui a réuni CAAP Création (Groupe Crédit Agricole), S.C.R Provençale et Corse (Groupe BPPC) et la CMA CGM. « En septembre 2015, l’entreprise a également emporté le concours mondial de l’innovation (2 millions d’euros de subvention) et nous avons été soutenus par le fonds Tertium pour un montant d’1,5 million d’euros », précise-t-il.

CMA CGM et le big data

Les navires Bougainville et Benjamin Franklin, récemment mis en place par CMA CGM, sont entièrement dotés de la technologie de Traxens. « Il existe deux millions de conteneurs dans le monde et l’enregistrement de chaque mouvement dépend de la saisie manuelle d’opérateurs. En 2016, c’est au final assez anachronique ». Le système permet de suivre en temps réel tout ce qui arrive à la marchandise. « Nos boîtiers fourniront beaucoup d’informations. Il sera désormais ainsi possible de connaître en temps réel la position du conteneur, sa température, mais aussi les vibrations auxquelles il est soumis, leur effraction, ou la présence de certains éléments dans l’air ou encore des informations à caractère réglementaire. Ces informations intéressent l’ensemble des acteurs de la chaîne logistique : les chargeurs, les transitaires, les douanes, les assureurs… Aujourd’hui, la circulation de l’information ne se fait pas facilement. Notre système permettra de la fluidifier en mettant notamment en place une remontée des données vers un point central, notre plateforme big data, Trax-hub qui la redistribuera à l’ensemble des acteurs… »

Le partenariat mis en place avec CMA CGM a dopé le développement de Traxens. « Depuis l’annonce de la compagnie maritime, tout le monde veut nous rencontrer. Nous évoluons sur des marchés où le nombre d’intervenants est réduit. Le monde du shipping est constitué d’une vingtaine de groupes, les loueurs de conteneurs sont cinq et les fabricants de conteneurs sont deux. Durant les derniers mois, nous avons fait le tour du monde et rencontré toutes ces entreprises », poursuit Tim Baker.

Le modèle économique de l’entreprise repose sur des forfaits de location. « Nous ne vendons pas le hardware. Nous nous débrouillons pour financer l’installation des boîtiers sur les conteneurs et nous mettons en place des contrats de location permettant d’accéder aux données collectées en temps réel. Nous visons alors, non seulement les armateurs, mais également les chargeurs. C’est un challenge énorme. Notre système va métamorphoser la logistique dans l’avenir. Nous disposons des financements, nous avons l’équipe pertinente et nous sommes dans le timing. Tout le monde attend le conteneur connecté. Dans le monde maritime, avec la croissance de capacités, les marges se réduisent. Les opérateurs cherchent maintenant d’autres sources de bénéfices… », ajoute Tim Baker. La technologie de Traxens peut en outre trouver des applications dans d’autres domaines que le maritime, notamment le suivi des engins de chantier ou des wagons de fret.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail