Région Sud

Attractivité

L’agence d’attractivité et de développement économique risingSud dévoile sa feuille de route

Par Hélène Lascols, le 20 septembre 2022

L’agence d’attractivité et de développement économique de la Région Sud-Paca, risingSud se réorganise pour répondre au mieux aux besoins des entreprises régionales et renforcer l’attractivité du territoire régional.

Bernard Kleynhoff, président de risingSud et la nouvelle équipe : Grégory Vincent, directeur général adjoint Attractivité, export et internationalisation, Audrey Brun Rabuel, directrice générale, Joachim Queyras, directeur général adjoint Croissance, entreprises et territoires, Lauranne Guirlinger, directrice générale adjointe Communication, marketing et influence.
Bernard Kleynhoff, président de risingSud et la nouvelle équipe : Grégory Vincent, directeur général adjoint Attractivité, export et internationalisation, Audrey Brun Rabuel, directrice générale, Joachim Queyras, directeur général adjoint Croissance, entreprises et territoires, Lauranne Guirlinger, directrice générale adjointe Communication, marketing et influence. — Photo : Hélène Lascols

Avec l’arrivée au mois de juin 2022 d’Audrey Brun Rabuel à sa direction générale, l’agence d’attractivité et de développement économique risingSud dévoile sa nouvelle organisation en trois directions générales adjointes, assurées par Grégory Vincent, Joachim Queyras et Lauranne Guirlinger, ainsi que sa nouvelle feuille de route. "La Région sud est déjà bien positionnée sur l’échiquier international : elle est la troisième région la plus attractive de France. Aix-Marseille-Provence est la deuxième métropole en termes d’investissements directs de l’étranger, Nice Côte d’Azur est la troisième métropole la plus attractive de l’Hexagone, Marseille, le 7e hub internet mondial et Sophia-Antipolis, le premier technopôle d’Europe. Notre nouvelle feuille de route met l’accent sur l’attractivité et s’appuie sur ces atouts pour attirer plus de prospects nationaux et internationaux, mais également plus de talents et accompagner plus d’entreprises", confie Audrey Brun Rabuel. Le cap est donné pour les six prochaines années.

Actions d’attractivité renforcées

L’agence, composée de 46 experts, entend créer les synergies qu’il manquait. Cela commence par un élargissement de sa gouvernance, avec l’arrivée prochaine du Medef Sud, de la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire et de l’ApeX, premier club d’exportateurs de la région, portant à 90 le nombre de ses membres. L’idée sous-jacente : renforcer le "jeu collectif" pour monter en puissance et faire rayonner le territoire.

Au programme : une chasse ciblée par segment d’activités, faisant écho aux 8 opérations d’intérêt régionales (naturalité, thérapies innovantes, industries du futur, énergie de demain, économie de la mer, silver économie, tourisme et industries créatives, smart tech) et par pays, à travers différentes missions à l’international, au Canada, en Allemagne, au Maroc, à Barcelone ou encore au CES de Las Vegas en janvier 2023.

"Dès le second semestre 2022, nous allons mener des actions dans l’industrie, les énergies de demain et la microélectronique", précise Bernard Kleynhoff, conseiller régional et président de risingSud. Sur cette même période, la directrice générale entend augmenter de 25 % le nombre d’entreprises accompagnées dans le cadre de levée de fonds, via le comité des financeurs. Quant aux programmes, Sud Accélérateur et Parcours Sud Industrie 4.0, ils seront poursuivis, avec "quelques évolutions à la marge."

Premier semestre 2022

"L’agence est à un tournant, et nous avons la volonté d’aller plus loin", insiste la directrice, précisant que cela doit se faire sans renier les programmes qui ont fait les succès du premier semestre 2022. Au cours de ces six premiers mois, risingSud, doté d’un budget de 4,3 millions d’euros en 2022, a accompagné 319 entreprises dans leur croissance (via PSI 4.0 et Sud Accélérateur) et 68 entreprises à l’international lors de missions (Dubaï, Maroc, Sénégal) ou de salons internationaux. 33 implantations d’entreprises ont par ailleurs été confirmées depuis le début de l’année, des projets qui permettent de créer ou maintenir 3 315 emplois et dont les investissements s’élèvent à 2,2 milliards d’euros (60 % à capitaux nationaux). Parmi ces "success story", l’agence cite la création, par la Compagnie des Amandes, d’une casserie d’amandes à Signes, dans le Var, ou encore le choix de l’entreprise irlandaise Cleandata. Cette dernière va investir 4 millions d’euros et créer 23 emplois d’ici trois ans pour implanter, à Marseille, son centre international d’apprentissage des situations de conduite.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition