Alpes-Maritimes

Industrie

Aluminor compte sur France Relance pour accélérer

Par Olivia Oreggia, le 24 mars 2021

Aluminor conçoit et fabrique des luminaires d’intérieur à Contes, près de Nice. En rachetant l’entreprise en 2018, ses deux dirigeants avaient déjà l’ambition de réimplanter la grande majorité de la production entre ses murs. Le pari est en passe d’être gagné mais pourrait aller bien plus vite avec l’aide du dispositif France Relance pour lequel la petite entreprise industrielle semble cocher toutes les cases.

Richard Barbett co dirige Aluminor, fabricant de luminaires d’intérieur à Contes, près de Nice.
Richard Barbett co dirige Aluminor, fabricant de luminaires d’intérieur à Contes, près de Nice. — Photo : Olivia Oreggia

Une partie des salariés est encore en chômage partiel. Crise sanitaire oblige, Aluminor (18 salariés, CA 2019 : 2,9 M€) n’a pas encore repris sa pleine activité. D’autant qu’en matière de luminaires, le printemps marque le début de la saison creuse.

2,2 millions d’euros nécessaires

La PME implantée dans la vallée industrielle du Paillon, près de Nice, n’a pas cessé pour autant de se développer pour atteindre son objectif initial : tendre vers une fabrication toujours "plus française".
Lorsque Richard Barbett et Vincent Overney reprennent l’entreprise en 2018, seul 10 % de la production était réalisée in situ, le reste provenant d’Asie. Aujourd’hui, cette proportion a atteint 30 % et devrait s’élever à 70 % d’ici quatre ans.
Pour accélérer, Aluminor compte sur le dispositif France Relance auquel elle s’est portée candidate. "Sur le papier, nous cochons toutes les cases, mais depuis novembre, nous n’avons toujours aucune réponse ", regrette Richard Barbett. "Nous menons un projet de réindustrialisation du territoire pour sécuriser le savoir-faire et l’emploi, un projet inscrit dans la transition énergétique. Notre feuille de route n’a pas changé depuis le début."
Le soutien de France Relance permettrait à l’entreprise d’acquérir le bâtiment, propriété des anciens dirigeants, de mener sa rénovation, notamment en matière énergétique, et d’acquérir de nouvelles machines. Soit un investissement total de près de 2,2 millions d’euros. "Si nous essuyons un refus, cela ne remettra pas en question le projet mais cela nous ferait perdre beaucoup de temps."

Toujours sollicité par le secteur hôtelier

En attendant, malgré l’absence de réponse, malgré le manque de visibilité imposé par la crise, Aluminor avance, procédant à un rééquilibrage progressif de ses forces. Il y a trois ans, à l’arrivée du duo dirigeant, la distribution auprès des sociétés de fourniture de bureau (Bruneau, Office Dépôt…), segment historique de l’entreprise, représentait 80 % de son activité. Notamment à cause du télétravail, ce segment a baissé de 10 à 15 %. L’activité de décoration auprès des magasins spécialisés (Galeries Lafayette, BHV, Keria…) est quant à elle restée stable et s’est même renforcée à l’export avec une hausse de plus de 50 % en Allemagne.
Dans cette diversification, des projets avaient été entrepris dans l’hôtellerie juste avant le début de la pandémie, avec notamment la rénovation de 50 cottages du Center Parcs en Sologne (groupe Pierre et Vacances) ou de 150 chambres de l’Adagio Paris Tour Eiffel. "Nous continuons d’être sollicités. Nous devrions finaliser la rénovation d’un grand centre de vacances aux Sables d’Olonne, nous avons également été retenus pour un beau projet à Rabat, au Maroc", détaille Richard Barbett. "Entre le matériel de bureau, la décoration et l’hôtellerie, notre objectif est d’équilibrer chaque segment à 30 % de notre activité. Pour le reste, nous venons de lancer un site internet marchand. Le B to C restera marginal mais il permet d’identifier Aluminor comme une marque à part entière et de la valoriser. Nous avons pour cela créé un poste dédié avec un profil web marketing."
Et dans des projets un peu plus lointains, le "rêve" de Richard Barbett est de pouvoir ouvrir l’usine au public, de montrer cet outil industriel qui reste la pierre angulaire de l’entreprise et de ce savoir-faire industriel français dont il est si souvent question depuis le début de la crise sanitaire.

Richard Barbett co dirige Aluminor, fabricant de luminaires d’intérieur à Contes, près de Nice.
Richard Barbett co dirige Aluminor, fabricant de luminaires d’intérieur à Contes, près de Nice. — Photo : Olivia Oreggia

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail