Toulouse

Formation

Widid crée un "Netflix" de la formation en réalité virtuelle

Par Fleur Olagnier, le 15 juin 2020

La start-up Widid développe une plateforme qui agrège des exercices en réalité virtuelle sur les compétences comportementales, et compile les données pour fournir une analyse poussée des résultats. La société recherche activement des entreprises pour expérimenter des briques de sa technologie et espère accélérer le lancement sur le marché grâce à l'engouement croissant pour les formations à distance. 

Anne-Sophie Gimenez, cofondatrice de Widid.
Anne-Sophie Gimenez, cofondatrice de Widid. — Photo : Widid

Lancé par deux anciennes salariées d’Orange, Widid (6 collaborateurs ; CA 2020 prévisionnel avant Covid-19 : 150 K€) a développé une plateforme qui regroupe divers contenus de formation en réalité virtuelle et des algorithmes permettant d’analyser la progression des apprenants. Avec le nombre croissant d’entreprises séduites par la formation à distance à la suite de l’épidémie de coronavirus, la jeune pousse compte accélérer la commercialisation de son « Netflix » de la formation en réalité virtuelle.

Démocratiser l’apprentissage des soft skills

« Depuis notre création en octobre 2018, nous proposons des prestations de conseil en EdTech (technologies de l’éducation) et digital learning qui nous ont permis de nous financer », détaille la cofondatrice Anne-Sophie Gimenez. Inspirées par un outil de formation à la prise de parole en public développé pour Orange, les deux associées ont décidé de consacrer leur innovation aux apprentissages liés aux soft skills, c’est-à-dire aux compétences comportementales : apprendre à négocier son salaire ou un contrat, booster sa créativité, savoir communiquer avec ses collaborateurs, manager une équipe… Widid possède des concurrents sur la formation en réalité virtuelle comme l’entreprise haut-garonnaise Mimbus, mais se démarque par la nature de ses contenus.

La plateforme de Widid contient des algorithmes qui permettent d'analyser avec précision les résultats des utilisateurs.
La plateforme de Widid contient des algorithmes qui permettent d'analyser avec précision les résultats des utilisateurs. - Photo : Widid

« Nous voulons faciliter l’accès à ces savoir-être souvent enseignés à une élite, dans les écoles de commerce et d’ingénieurs, ou via du mentorat à partir d’un certain niveau hiérarchique dans les entreprises », note Anne-Sophie Gimenez. Widid sélectionne des contenus de formation en réalité virtuelle tels quels ou les co-produit avec certains éditeurs. Ces exercices sont ensuite agrégés sur la plateforme qui permet à l’apprenant de naviguer et de choisir entre les activités proposées grâce à une interface ergonomique comme sur Netflix.

Une analyse intelligente des résultats

Mais surtout, la société a développé des algorithmes qui permettent de croiser les résultats obtenus par l’apprenant et de restituer une véritable analyse sur la performance, notamment sous forme de diagrammes de progression. Widid compte fournir des bornes aux futures entreprises, écoles ou agences de pôle emploi intéressées par le concept et propose si nécessaire un complément de coaching par les deux cofondatrices ou des consultants externes. L’entreprise dénombre une vingtaine de clients sur la partie conseil et recherche des organismes pour expérimenter la plateforme à prix coûtant.

« L’idée est de commercialiser par petits bouts, au fur et à mesure en fonction des contenus validés, et nous souhaitons enclencher ce processus avant la fin de l’année », annonce Anne-Sophie Gimenez. Pour l’instant, l’entreprise pré-teste la plateforme avec l’École de l’Institut français du pétrole (IFP School) et le laboratoire universitaire du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam). La société toulousaine recherche aussi des financements - environ 200 000 euros - pour terminer le développement. L’épidémie de Covid-19 a retardé le processus, mais des discussions avec Bpifrance et des investisseurs ont repris ce mois de juin. Par ailleurs, Widid voit déjà plus loin et envisage dans un second temps de promouvoir sa technologie d’interprétation des données en réalité virtuelle auprès des acteurs du secteur immobilier.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition