Haute-Garonne

Spatial

Telespazio mise sur le numérique pour renforcer son offre de services satellitaires

Par Paul Falzon, le 12 avril 2021

Positionné sur les services satellitaires, Telespazio a défini un plan stratégique qui doit lui permettre de doubler son chiffre d'affaires en cinq ans. Un pari appuyé par un recours accru à l'intelligence artificielle et par la multiplication des constellations liées au New Space.

Telespazio emploie 450 personnes en France, dont 250 basés au Centre spatial guyanais de Kourou.
Telespazio emploie 450 personnes en France, dont 150 basés au Centre spatial guyanais de Kourou. — Photo : Telespazio

Acteur historique des services satellitaires en France, Telespazio veut changer d’échelle. La société basée à Toulouse, née de l’association entre Thalès (33 % du capital) et le groupe italien Leonardo (67 %), a lancé un plan stratégique qui ambitionne de doubler le chiffre d’affaires d’ici à cinq ans, pour le porter à 200 millions d’euros. "Nous intervenons sur un marché porteur, dont les prévisions de croissance oscillent entre 7 et 8 % ces prochaines années, indique Corinne Mailles, directrice générale adjointe de Telespazio France. Nous entendons accélérer ce rythme en nous appuyant sur la double révolution que connaît le secteur des services satellitaires : la révolution numérique qui facilite l’accès à la donnée et son exploitation, et la révolution du New Space qui entraîne le déploiement de constellations plus nombreuses et à moindre coût, ouvrant la voie à la fourniture de services en quasi temps réel."

Personnaliser les systèmes

Telespazio France entend d’abord renforcer son cœur de métier actuel, le segment des opérations et des systèmes sol (70 % du chiffre d’affaires), où il revendique la position de leader en France. Partenaire historique du CNES et d’Arianespace, la société assure notamment la maintenance et l’exploitation quotidienne des moyens d’infrastructures sol de la base spatiale de Kourou, en Guyane, où travaillent 150 de ses 450 salariés. Sur ce marché, Telespazio souhaite aussi développer de nouveaux services sur la conception et l’intégration des systèmes. "L’enjeu, c’est d’offrir des solutions technologiques toujours plus personnalisées pour nos clients, et qui génèrent des gains à l’exploitation, précise Corinne Mailles. Les outils numériques nous permettent d’engager la virtualisation et l’automatisation de l’exploitation des satellites, ce qui permet de réduire les équipes présentes au sol et donc les coûts." Telespazio a ainsi gagné le contrat de modernisation du système de télémesure du lanceur de Kourou en proposant un traitement des données et un pilotage à distance.

Télécommunications militaires

La société se veut encore plus ambitieuse sur les services émergents que constituent les télécommunications satellitaires (20 % du chiffre d’affaires actuel) et la géo-information (10 %). L’ambition est que ces deux métiers représentent ensemble 50 % de l’activité d’ici 2025. La feuille de route pour les télécoms est double : renforcer les services auprès des acteurs gouvernementaux et décliner cette offre pour les entreprises. Telespazio France a déjà engagé de nombreux programmes avec le ministère des Armées, sur des usages civils et militaires.

Corinne Mailles, directrice générale adjointe de Telespazio France.
Corinne Mailles, directrice générale adjointe de Telespazio France. - Photo : Telespazio

En 2019, la société a conclu un partenariat avec Airbus pour commercialiser des services utilisant la future constellation Syracuse IV, constituant le premier opérateur privé français de télécommunications militaires par satellites. Ce service, qui doit entrer en fonction en 2023, s’appuie un modèle de financement innovant puisque les capacités excédentaires des satellites pourront être vendues à des clients tiers, afin de diminuer le coût global du système.

En décembre dernier, Telespazio a également été retenu par Bruxelles au sein du consortium chargé d’étudier la conception et le développement d’un système souverain de communication spatial communautaire. "Travailler avec des acteurs gouvernementaux nous impose de respecter des critères de sécurité qui peuvent aussi nourrir notre offre aux entreprises. Les télécoms satellitaires restent une technologie peu chère et fiable comparée aux réseaux terrestres", insiste Corinne Mailles. Telespazio travaille déjà avec l’AFP pour la diffusion des dépêches, et avec le groupement des Mousquetaires pour diffuser des données prix auprès de ses 3 500 magasins en Europe.

Agriculture de précision

Créée en 2014, l’activité de géo-information est celle qui connaît la croissance la plus rapide. Via sa filiale E-Geos, la société a d’abord développé une offre de service sur la surveillance maritime, appuyée par les radars satellitaires de la constellation SkyMed. Telespazio dispose d’une équipe d’interprètes d’images pour agréger et analyser les données satellitaires. Elle s’appuie aussi sur l’intelligence artificielle pour automatiser le traitement des images : une offre déjà éprouvée avec le ministère de la Transition écologique pour la surveillance des îles Kerguelen sur la pêche illégale, et qui permet de démocratiser la solution. La société a également créé une offre sur l’agriculture de précision, testée avec le producteur de maïs gersois Nataïs. "Notre objectif stratégique sur la géo-information est de développer une troisième verticale sur le secteur de la Défense, et de propulser l’offre à l’international", indique Corinne Mailles.

Telespazio emploie 450 personnes en France, dont 250 basés au Centre spatial guyanais de Kourou.
Telespazio emploie 450 personnes en France, dont 150 basés au Centre spatial guyanais de Kourou. — Photo : Telespazio

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail