Pyrénées-Orientales

Technologies

Pyrescom intensifie sa stratégie d'innovation avec la crise sanitaire

Par Anthony Rey, le 23 septembre 2021

Avec de multiples répercussions sanitaires ou professionnelles, la crise liée au Covid-19 ne cesse de faire émerger de nouveaux besoins. Le catalan Pyrescom, expert reconnu de la traçabilité des données, enchaîne les lancements de produits développés ad hoc.

Alice Guichet a pris la suite de son père Robert Guichet, fondateur de Pyrescom en 1984.
Alice Guichet a pris la suite de son père Robert Guichet, fondateur de Pyrescom en 1984. — Photo : Pyrescom

Jouissant de 35 ans d’expérience dans l’acquisition et la transmission de données, Pyrescom (75 salariés, CA 2020 : 12 M€) trouve un nouveau terrain d’expérimentation avec la pandémie. Connue pour son boîtier connecté pour défibrillateurs, qu’elle vend dans 40 pays dans le monde, l’entreprise développe de nouveaux produits, ou trouve de nouvelles cibles pour ses gammes existantes, dans le contexte d’urgence engendré par le Covid-19.

L’innovation face aux nouvelles urgences

Conçu en 2016, l’un de ses produits-phare du moment, un capteur dédié à la qualité de l’air, illustre cette dynamique. Le dispositif, intégré initialement à une solution de gestion énergétique des bâtiments, pouvait déclencher une alerte dans les situations de confinement intérieur avec un taux de CO2 trop élevé. Les nouvelles contraintes sanitaires, en 2021, ont permis de lui trouver une nouvelle destination. "S’il s’agit de renouveler fréquemment l’air d’une pièce, l’indicateur le plus simple à suivre est le taux de CO2. Nous avons donc intégré ce capteur dans un nouveau type de boîtier connecté, muni d’une interface avec des icônes colorées faciles à lire. La réglementation imposait déjà d’équiper les petites sections de ce type de produit, mais elle vient de le généraliser à toutes les écoles et aux réfectoires", indique Alice Guichet, PDG de Pyrescom.

Le boîtier se révèle être un levier de croissance non négligeable pour Pyrescom : l’industriel catalan en a déjà vendu le triple du volume habituel en un semestre. Et il devrait lui trouver sous peu d’autres débouchés : la réglementation va aussi bientôt généraliser ces appareils pour les établissements recevant du public (administrations, musées, cinémas, restaurants…).

Une multiplication de débouchés

Pyrescom s’appuie sur un bureau d’études de 35 ingénieurs, qui jouit d’une assez grande latitude pour lancer de nouvelles innovations. Lors du premier confinement, en 2020, cette équipe a développé un distributeur intelligent de gel hydroalcoolique. Conçu pour recevoir des bidons de 5 litres, il fonctionnait comme une borne connectée capable d’assurer une traçabilité en fonction des utilisateurs, et même de lancer des alertes. À la clef, à nouveau : quelques centaines de ventes pour Pyrescom, alors que la psychose autour des risques d’infection battait son plein.

Plus globalement, Pyrescom est positionnée sur trois familles de produits innovants : la ville intelligente (gestion énergétique des bâtiments, qualité de l’air, pilotage de l’éclairage public), la gestion de personnel (pointeuses connectées) et le secteur médical, où l’entreprise catalane progresse le plus aujourd’hui. Ainsi, en 2017, Pyrescom a déposé une demande pour créer un nouveau laboratoire, appelé Labodal. Le précieux sésame, tombé en 2020 avec le premier confinement, l’a autorisé à commercialiser des kits d’oxygénothérapie d’urgence, à destination des professionnels de santé. "Nous restons ancrés sur ces trois marchés historiques, mais nos gammes de produits s’élargissent toujours plus, en fonction des demandes. Le point commun reste notre expertise dans la traçabilité des données, que nous pouvons restituer sur plusieurs plateformes", résume Alice Guichet.

Sur le plan opérationnel, Pyrescom, située à Canohès (Pyrénées-Orientales), a transféré, en 2009, une partie de sa production sur la plateforme de Saint-Charles International, à Perpignan. Les besoins de l’entreprise ne faiblissant pas, Pyrescom va lancer la construction d’un nouveau site, dans ses terres historiques de Canohès, "afin de rapprocher à nouveau la production du bureau d’études", précise Alice Guichet. Les nouveaux locaux, qui s’étendront sur 1 300 m2, mobiliseront un investissement "de plusieurs millions d’euros". Le chantier sera livré en fin d’année 2021.

Alice Guichet a pris la suite de son père Robert Guichet, fondateur de Pyrescom en 1984.
Alice Guichet a pris la suite de son père Robert Guichet, fondateur de Pyrescom en 1984. — Photo : Pyrescom

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail