Bordeaux

Politique économique

Présidentielle 2022 : le créateur de Domani espère "un virage en faveur des entreprises à mission"

Par Anne Cesbron, le 18 mars 2022

À l'occasion de l'élection présidentielle, "Le Journal des Entreprises" donne la parole à la jeune génération d'entrepreneurs. Oscar Lustin a cofondé Domani à Bordeaux en août 2020, entreprise sociale et solidaire spécialisée dans l’habitat inclusif pour personnes âgées en perte d’autonomie. À 24 ans, ce diplômé d’HEC et Sciences Po Paris appelle de ses vœux l’adoption d’une loi "Grand âge".

Pour Oscar Lustin, président de Domani : "C’est une vraie ambition des jeunes entrepreneurs que de placer leur énergie et leur entreprise au service de causes".
Pour Oscar Lustin, président de Domani : "C’est une vraie ambition des jeunes entrepreneurs que de placer leur énergie et leur entreprise au service de causes". — Photo : DR

Soutenir les entreprises qui portent des causes sociétales et agissent pour l’environnement ; c’est autour de ces deux axes qu’Oscar Lustin attend que le futur président de la République aille de l’avant. Les temps ont changé, il est désormais question "d’avoir une vision de l’entreprise qui ne soit plus simplement cantonnée à maximiser l’intérêt des actionnaires. Cela me semble primordial d’accompagner le virage en faveur des entreprises à mission, des entreprises de l’économie sociale et solidaire". Et le président de Domani d’attendre que soient définis des indicateurs et des normes en matière d’impact social. "Il s’agirait d’obliger les entreprises lorsqu’elles clôturent leurs comptes financiers de clôturer leurs comptes sociaux. Pour l’heure, cela se fait de manière un peu informelle, chaque entreprise publie son rapport RSE, mais on en voit les écueils dans le cadre de l’actualité sur les Ehpad : Orpea avait de très bons rapports RSE…"

Serrer la vis écologique

Une autre ambition que le jeune dirigeant souhaiterait inscrire sur la feuille de route du chef de l’État, concerne la poursuite du chantier de la transition écologique. Quitte à serrer la vis. "Finalement on se rend compte que si les lois ne changent pas, les entreprises ne changeront pas. Il faut des lois plus contraignantes et partagées par tous", plaide-t-il. Le regard tourné vers les secteurs de la construction et de l’immobilier, il en appelle à davantage de fermeté en matière de consommation d’énergie.

Quant au secteur d’activité de Domani, le dirigeant compte sur l’actualité pour faire avancer la législation : "Nous attendons une loi "Grand âge" ambitieuse qui repense totalement la manière d’accompagner les personnes âgées. Il est très important que les questions qui nourrissent le débat depuis ce début d’année fassent partie du programme, pour des prises de décision rapides". Conscient de prêcher pour sa paroisse, Oscar Lustin souhaite notamment voir évoluer le statut de l’habitat inclusif, et faire sauter des barrières juridiques. "Il faudrait plus de flexibilité, voire de discrimination positive, en faveur d’entreprises sociales innovantes comme la nôtre, par rapport à du logement classique. Dans la loi SRU, il s’agirait de considérer l’habitat inclusif comme du logement social. Ce serait du gagnant-gagnant : les collectivités ont envie de développer des concepts qui répondent à cette demande sociale et sociétale".

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition