Industrie

Les usines chinoises d'Acome s'en sortent bien malgré deux mois de fermeture

Par Isabelle Evrard, le 25 juin 2020

Même si elles ont dû fermer leurs portes pendant deux mois à cause du confinement, les usines chinoises d'Acome, basées à Wuhan, s'en sortent bien et fonctionnent désormais cinq jours sur sept. Les deux sites de l'industriel spécialisé dans les systèmes de câblage de haute technicité pour les télécoms et l’automobile, prévoient même une augmentation de leur chiffre d'affaires de 5 % en 2020.

La bonne marche des deux usines chinoises de Wuhan n’a pu être possible qu’avec l’aide du site normand d’Acome à Mortain dans la Manche
Aujourd’hui, les deux usines de Wuhan tournent cinq jours sur sept et permettent de répondre à la demande client sans aucun problème de livraison. — Photo : © Cédric Michel

Situées à l’épicentre de l’épidémie de coronavirus à Wuhan (Chine), les deux usines d’Acome ont dû fermer leurs portes dès le 22 janvier, et ce, pendant deux mois. Les 200 salariés sont restés confinés chez eux. Aujourd’hui, les deux usines de Wuhan tournent cinq jours sur sept et permettent de répondre à la demande client sans aucun problème de livraison. Malgré les deux mois de fermeture, le chiffre d’affaires 2020 des usines de Wuhan s’annonce légèrement supérieur à 2019 : « une augmentation de + 5 % », comme l’a confirmé le PDG du groupe, Jacques de Heere lors de la présentation des comptes à la dernière assemblée générale.

Diversifier le portefeuille clients

Une tendance confirmée par Frédéric Briand, dirigeant des deux usines chinoises, et qui avait fait le choix de rester sur place. « Effectivement, nous prévoyons une progression de notre chiffre d’affaires en 2020 malgré la crise sans précédent que nous venons de traverser. Dans notre budget, nous avions également prévu une augmentation en 2020 mais d’un niveau plus élevé que 5 %. Si la situation du marché automobile chinois se montre difficile depuis l’été 2018, tous les constructeurs ne sont pas affectés de la même manière. Certains s’en sortent mieux que d’autres. Notre objectif sur ces deux dernières années a été de faire évoluer notre portefeuille client vers les constructeurs qui tirent le marché automobile chinois vers le haut, tels que les chinois comme Byd, Great Wall, Geely ou les premiums allemands comme Daimler et BMW. Tous ces travaux de diversification commencent à payer cette année, et vont nous permettre de progresser en 2020 », se félicite Frédéric Briand.

Pendant le confinement, les usines d’Wuhan avaient réussi à assurer les commandes durant tout le mois de février, grâce à la contribution du site normand de Mortain. « Acome France nous envoyait par avion les volumes demandés par nos clients. Les marchandises arrivaient à Shanghaï et Pékin et nous gérions ensuite les transports vers les clients », se remémore Frédéric Briand, Lorsque le reste de la Chine a repris son activité économique dans le courant du mois de mars, les usines ont continué à livrer les clients situés en dehors de la province du Hubei à partir des plateformes locales du groupe, et toujours grâce au soutien industriel de l’usine normande.

La bonne marche des deux usines chinoises de Wuhan n’a pu être possible qu’avec l’aide du site normand d’Acome à Mortain dans la Manche
Aujourd’hui, les deux usines de Wuhan tournent cinq jours sur sept et permettent de répondre à la demande client sans aucun problème de livraison. — Photo : © Cédric Michel

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail