Angers

Santé

DelleD veut lever 5 millions d'euros pour développer le cannabis thérapeutique

Par Olivier Hamard, le 23 août 2022

DelleD, qui travaille sur le développement du cannabis thérapeutique en France, nourrit des ambitions industrielles avec le projet de construire en périphérie d'Angers une unité de production. La société entame une levée de fonds de 5 millions d'euros pour finaliser certains produits.

Franck Milone a créé DelleD en 2015 pour développer en France l'usage du cannabis thérapeutique et créer à Angers une véritable filière.
Franck Milone a créé DelleD en 2015 pour développer en France l'usage du cannabis thérapeutique et créer à Angers une véritable filière. — Photo : DelleD

Depuis la création de DelleD en 2015 en région parisienne, Franck Milone n’a de cesse de vouloir faire bouger les lignes pour qu’évolue la législation sur l’usage du cannabis thérapeutique en France. L’Allemagne, l’Australie, le Canada, le Portugal ou encore l’Italie ont fait des avancées dans ce sens. L'Hexagone aussi, du reste, avec une expérimentation lancée en mars 2021 auprès de 3 000 patients sur cinq indications thérapeutiques. Parallèlement, un décret est paru en février 2022 pour encadrer la production de cannabis à usage médical.

DelleD se prépare depuis plusieurs années et, après une première levée de fonds de 3 millions d’euros en juillet 2020 auprès d’un investisseur privé, la société désormais angevine a entamé un second tour de table avec l’objectif de lever 5 millions d’euros : "Cela nous permettrait de finaliser des produits avec une matière première achetée à l’étranger et de monter une unité de R & D plus importante pour développer d’autres variétés et leurs méthodes de production", explique Franck Milone, président de l'entreprise.

Laboratoire à Angers

Avec une législation qui tend à évoluer, DelleD et son projet appelé LaFleur compte bien garder une longueur d’avance pour voir un jour mis sur le marché ses produits thérapeutiques à base de cannabis. Actuellement, l’entreprise d’une vingtaine de personnes dispose d’un laboratoire à Angers et travaille avec de nombreux organismes privés et publics sur des sujets de recherche, comme l’extraction des substances actives à visée thérapeutique et la mise au point de différents produits, comme un médicament anticancéreux avec le CNRS ou un inhalateur connecté qui va être testé sur des patients âgés. Un doctorant a aussi étudié l’optimisation de l’extraction par chimie verte de certaines molécules. "En France, depuis deux ans les choses avancent considérablement, reconnaît Franck Milone, et en ayant commencé tôt, nous avons de très bonnes cartes en main."

Autre avancée obtenue en juin 2021 par l’entreprise : un financement public de 500 000 euros de Bpifrance et de la Région Île-de-France pour développer son médicament à base de cannabis traitant les cancers réfractaires aux traitements thérapeutiques.

Un projet plus global

Au-delà de la levée de fonds envisagée, l’entrepreneur de 31 ans ne perd pas de vue son objectif initial. Son but est en effet de créer à Angers une véritable filière du cannabis thérapeutique, qui permettrait un strict contrôle de l’ensemble du process, de la culture des matières premières à leur transformation en produits de santé. "Nous avons actuellement des bureaux et un laboratoire mais le projet global est la construction d’un complexe industriel de recherche et de production de produits de santé à base de cannabis médical, le Circam. Nous avons identifié le lieu en périphérie d’Angers. À terme, ce projet devrait employer environ 200 personnes", confie Franck Milone.

D’un montant estimé à 100 millions d’euros, ce projet déjà élaboré depuis plusieurs années, pour lequel l’entreprise angevine devra trouver d’importants soutiens financiers, pourrait bien s’accélérer au vu de l’évolution de la législation.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition