Moselle

e-commerce

Ryturn lance un site de e-commerce qui récompense les acheteurs avec des cryptomonnaies

Par Jonathan Nenich, le 10 février 2020

Ryturn, une start-up qui propose une marketplace dont chaque achat généré est récompensé d’un cashback en cryptomonnaies. Pour le jeune homme de 27 ans, la prochaine étape est d’intégrer de grandes marques comme Booking, Amazon ou CDiscount afin de réaliser des centaines de ventes chaque jour.

Dimitri Sekimi, CEO de Ryturn.
Dimitri Sekimia créé le site web de e-commerce Ryturn en 2018. — Photo : © Jonathan Nenich

Le créateur

Diplômé d'une licence de droit économie et gestion, Dimitri Sekimi dirige, à 27 ans, la start-up Ryturn, basée à Florange (Moselle). Dimitri Sekimi n'en est pas à sa première création d'entreprise. Durant ses études, il a fondé une société qui proposait une plateforme d’e-commerce axée sur le gaming. Passionné par l’univers de la cryptomonnaie, Dimitri Sekimi croise le chemin d’Owen Simonin, fondateur de la start-up mosellane Just-Mining, qui est selon lui « le plus grand influenceur en cryptomonnaies d’Europe, suivi par 150 000 personnes sur YouTube. » Actionnaire majoritaire de Ryturn, il s’associe à Owen Simonin et au développeur marseillais Thibaut Cerdan pour créer la SAS Goodkorner en 2018 qui exploite le site de e-commerce Ryturn.

Le concept

Accompagné par l’incubateur Synergie, Ryturn est un site de e-commerce qui propose, en échange d’achats sur la plateforme, une remise en bitcoin ou en etherum, deux cryptomonnaies bien connues. Via des campagnes de ventes éphémères Ryturn commercialise des œuvres d’art de l’artiste JP Malot, des voitures ou un géolocalisateur de clés, et autres produits atypiques… Le consommateur achète tout en obtenant un pourcentage variable (8 à 18 %) de la valeur de l’objet en cryptomonnaie en guise de ristourne. « Les ventes éphémères permettent de faire en sorte que les gens reviennent souvent pour voir les nouveaux produits. Il y a une notion de gamification. Ryturn s’adresse à ceux qui n’y connaissent rien en cryptomonnaies. Nous nous occupons d’acheter pour l’utilisateur le montant de sa ristourne dans la cryptomonnaie qu’il a choisie avant de les virer sur son portefeuille », explique Dimitri Sekimi. Les cours des monnaies étant variables, le portefeuille évolue en temps réel mais il est très simple de revendre sa monnaie virtuelle et de récupérer l’argent sur son compte bancaire. Une cinquantaine de ventes ont déjà été réalisées sur Ryturn, qui se rémunère en prenant une marge sur les ventes des produits.

Les perspectives

Dans les semaines à venir, Ryturn compte implémenter un onglet marketplace qui serait relié à de grandes marques comme Amazon, Cdiscount, Booking… « Nous recherchons des partenaires. Nos utilisateurs pourraient acheter les produits proposés par ces grandes marques et bénéficier de notre cashback en cryptomonnaies », explique Dimitri Sekimi. « Cela nous permettrait de nous adresser à tous les consommateurs, tout en conservant notre identité avec les campagnes éphémères », poursuit celui qui espère pouvoir réaliser, via cette implémentation, des centaines de vente chaque jour. La start-up, qui n’emploie pas encore de salariés, pourrait ainsi embaucher deux à trois personnes, afin de gérer la logistique liée au gonflement des ventes. À long terme, Ryturn souhaite proposer d’autres actifs en guise de cashback comme l’or ou le pétrole, au cas où le marché des cryptomonnaies s’effondrerait, mais surtout pour l’aspect ludique.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail