Grand Est

Numérique

BluePad se mobilise pour aider ses confrères touchés par l'incendie d'OVH à Strasbourg

Par Lucas Valdenaire, le 25 mars 2021

Plusieurs entreprises régionales ne se sont toujours pas remises des conséquences de l’incendie de leur hébergeur OVH à Strasbourg le 10 mars dernier. La société messine BluePad, affectée elle aussi, en appelle au soutien de la Région Grand Est et des réseaux économiques lorrains.

Loïc Cueroni, président de BluePad, lors d’une réunion dans les locaux de sa société à Metz.
Loïc Cueroni, président de BluePad, lors d’une réunion dans les locaux de sa société à Metz. — Photo : BluePad

Deux semaines après l’incendie qui a entièrement détruit l’un des data centres d’OVH à Strasbourg et affecté des milliers d’entreprises à travers le monde (données perdues ou endommagées, sites inaccessibles, courriels inutilisables), le président de BluePad, Loïc Cueroni, se mobilise. Dans un communiqué, le dirigeant de la société messine conceptrice de logiciels pour le BTP, rappelle que de nombreuses entreprises régionales restent dans une situation très difficile. Certaines n’ont pas encore récupéré leurs archives et ne savent pas si elles pourront le faire un jour. D’autres n’ont toujours pas accès à leurs services numériques.

"Des entreprises qui ont perdu leurs données et leur patrimoine sont menacées de faillite et leurs équipes sont pour certaines encore en état de choc, déclare Loïc Cueroni. C’est une crise sans précédent pour l’écosystème du numérique." La jeune société BluePad (13 salariés) a été, elle aussi, touchée par les conséquences du sinistre : "Heureusement, nos plans de secours ont fonctionné et nous avons stabilisé les choses. Ça n’est cependant pas le cas pour toutes les entreprises que je côtoie", alerte-t-il.

"Aide d’urgence"

Le dirigeant messin en appelle maintenant au soutien de la Région Grand Est, "l’un des premiers partenaires économiques des start-up", pour débloquer une aide d’urgence. Il souhaite également la mobilisation des Chambres de commerce et d’industrie ainsi que des incubateurs régionaux pour recenser l’ensemble des entreprises touchées. Loïc Cueroni réclame enfin la mise en place d’une "cellule de crise pour apporter un soutien juridique et logistique aux entreprises dans leurs démarches à venir."

Une prise de position partagée par l’association Réseau Entreprendre Lorraine et sa communauté de 260 membres. Ces derniers jours, trois d’entre eux ont fait part de leurs difficultés liées au sinistre de Strasbourg. "Une entreprise de formation professionnelle a perdu tout son système de facturation et ses historiques clients, confie la directrice du réseau lorrain Sophie Tourscher. Un industriel a aussi perdu tous ses historiques mails et ses archivages. Déjà que le contexte est difficile, les entreprises de la région n’avaient pas besoin de ça."

Recenser et agir

Ce vendredi 26 mars, le conseil d’administration du Réseau Entreprendre Lorraine doit valider la création d’une commission "Entreprises en difficulté" pour traiter l’ensemble de leurs problématiques, y compris celles liées au sinistre alsacien. "Il faut recenser l’ampleur des dégâts au plus vite, soutient Sophie Tourscher. En tant qu’association, nous pouvons remonter les témoignages, centraliser les problèmes, échanger les bonnes pratiques, mais nous ne pouvons pas à notre échelle apporter les solutions. C’est aux élus de le faire."

Selon la société Netcraft spécialisée dans le recensement des sites web, près de 3,6 millions de sites Internet ont été touchés au moment de l’incendie d’OVH à Strasbourg. Parmi eux ont figuré ceux du média régional La Semaine, du réseau de transport Stan ou encore du club de football de l’AS Nancy Lorraine. L’origine du sinistre n’est toujours pas connue. Le 19 mars dernier, un nouvel incendie s’est déclaré dans un local batteries du site alsacien et "l’incident a été circonscrit en quelques minutes," précise la communication d’OVH. Le rétablissement progressif de ses services cloud est toujours en cours. Ses clients affectés, toujours dans l’attente.

Loïc Cueroni, président de BluePad, lors d’une réunion dans les locaux de sa société à Metz.
Loïc Cueroni, président de BluePad, lors d’une réunion dans les locaux de sa société à Metz. — Photo : BluePad

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail