Loire-Atlantique

Industrie

La Manufacture française du cycle change de braquet avec 400 recrutements

Par Thibault Dumas, le 03 décembre 2021

La première usine de fabrication de cycles en France, située à Machecoul (Loire-Atlantique), termine l'année 2021 avec 500 000 vélos produits, 150 millions d'euros de chiffre d'affaires et vise 400 recrutements entre 2021 et 2022. MFC fabrique notamment les deux roues d'Intersport, qui a repris l'usine en 2013, le " Vélib' " parisien, le " Bicloo " nantais ou le " STAR " rennais.

Chaîne d'assemblage des vélos de la Manufacture française du cycle dans l'usine de Machecoul d'où sortent 500 000 unités en 2021.
Chaîne d'assemblage des vélos de la Manufacture française du cycle dans l'usine de Machecoul d'où sortent 500 000 unités en 2021. — Photo : DR

"C'est bon pour l'environnement, la santé et le portefeuille". En trois mots, le directeur général de la Manufacture française du cycle (MFC, 150 millions d'euros de chiffre d'affaires, 800 salariés) David Jamin résume pourquoi le marché du vélo a le vent dans le dos, en France et en Europe. Notamment depuis les confinements.

Leader des cycles made in France (trois quarts des fabrications), l'usine de Machecoul (Loire-Atlantique) recrute 300 salariés cette année et en embauche 100 de plus en 2022. Production, conception, vente, marketing, ressources humaines, tous les métiers sont concernés, même si David Jamin "commence à sentir une tension sur le recrutement".

 Selon l'Union Sport & Cycle, qui regroupe les professionnels du secteur à l'échelle hexagonale, le marché a bondi de 25 % d'une année sur l'autre, pour dépasser les 3 milliards d'euros en 2020. Ce sont presque 2,684 millions de vélos qui ont été vendus en France en 2020 (+1,7%). Un chiffre relativement stable, mais comprenant 19,1 % de vélos électriques (515 000 unités un record), écoulés à 2 079 euros l'unité en moyenne.

Mettre et remettre plus de gens en selle 

Pour David Jamin, "il y a une évolution à la fois structurelle et conjoncturelle. Le marché du vélo est porté par celui des vélos à assistance, en pleine expansion. Les VAE permettent de mettre et de remettre plus de gens en selle",  notamment les seniors et les femmes. MFC va atteindre les 500 000 deux roues fabriqués cette année, dont un quart d'électrifiés. Contre 450 000 en 2020 et avec un objectif de 700 000 en 2024. L'ex-Cycleurope, racheté par Intersport en 2013, est d'ailleurs en train de multiplier sa capacité de stockage par quatre passant de 110 000 m3 à 391 000 m3 pour ses cycles et pièces détachées (10 % de son chiffre d'affaires).

Difficultés d'approvisionnement

Les noms commerciaux sont bien connus du grand public. "Nakamura" pour toute la gamme vélo d'Intersport. Le "Vélib'",  le "Bicloo" et le "STAR", pour les vélos en libre-service de la Ville de Paris, de Nantes Métropole et de Rennes Métropole. Ou encore "Sunn" marque iconique de VTT née à Saint-Gaudens (Haute-Garonne) en 1989 et rachetée par la MFC en 2013. Et si le savoir-faire machecoulais continue de prospérer, c'est grâce à la taxe "antidumping" sur les importations de vélo chinois instituée dès 1993 par la Commission européenne. Le dispositif, reconduit au moins jusqu'en 2025, concerne désormais aussi les vélos électriques. "Nous sommes relativement protégés de cette concurrence, contrairement à d'autres secteurs. Sans ça, consommateurs et industriels ne se seraient pas rencontrés" reconnaît le directeur David Jamin, s'appuyant sur le mauvais exemple étasunien : 90 % des cycles vendus outre-Atlantique sont désormais asiatiques, soit l'inverse de l'Union européenne.

"Ce qui nous freine désormais, comme toutes les entreprises de France et des Pays de la Loire, ce sont les difficultés d'approvisionnement qui concernent toutes les pièces et se répercutent sur les coûts", s'inquiète cependant le dirigeant. Surtout que l'entreprise fondée en 1925 par Marcel Brunelière (dit "Le Gitan", origine de la bien connue marque "Gitane") peaufine ses innovations. La pleine intégration des batteries dans les cadres des vélos à assistance électrique. L'apparition de clignotants pour plus de sécurité. Ou un système de démarrage avec code qui empêche le vol du cycle.

Chaîne d'assemblage des vélos de la Manufacture française du cycle dans l'usine de Machecoul d'où sortent 500 000 unités en 2021.
Chaîne d'assemblage des vélos de la Manufacture française du cycle dans l'usine de Machecoul d'où sortent 500 000 unités en 2021. — Photo : DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail