Vendée

Industrie

Vendée : Les Cafés Albert lancent une boutique haut de gamme

Par Florent Godard, le 01 avril 2015

A La Roche-sur-Yon, le torréfacteur veut ouvrir un magasin de café en octobre. Et envisage de lancer sa propre chaîne.

Matthieu Tougeron, le président de Cafés Albert, réinvente son modèle économique pour se séparer des gobelets plastiques.
Matthieu Tougeron dirige la société Cafés Albert. — Photo : Jéromine Doux - JDE

Une boutique haut de gamme pour découvrir de nouveaux cafés, déguster et apprendre des recettes… Voilà le projet des Cafés Albert à La Roche-sur-Yon. Le torréfacteur vise une clientèle d’amateurs et d’esthètes. Il y vendra uniquement des nouveautés et ses propres produits. «Imaginez une cave à vin mais pour le café, résume Matthieu Tougeron, patron de la PME vendéenne. On ne s’interdira pas de proposer des cafés du Kenya, des sachets de 250g à cinq euros, par exemple, ce qu’on ne peut pas faire en grande distribution».


Du café et des machines
Le chaland y trouvera aussi de belles machines, pour lesquelles il devra débourser entre 600 à 2.000euros. Et un peu de thé. Attenant au commerce, un laboratoire devrait accueillir des stages, à destination par exemple des barmen. Les thématiques ? Comment créer un caffé latte, un cappuccino, un macchiato… 

Bouclé «à plus de 90%», le projet prévoit la location d’un espace de 200m² à La Roche-sur-Yon, en Zone Sud, boulevard de l’industrie, emplacement préféré au centre-ville. L’officialisation interviendra dans les jours ou les semaines à venir. Ouverture prévue en octobre. Un test pour Matthieu Tougeron qui projette de dupliquer le modèle avec d’autres boutiques à l’avenir. 


Façon Nespresso et Starbucks
À l’origine de cette envie, une tendance : la percée des boutiques «100% café», «à la manière de Nespresso qui y vend ses capsules et ses machines ou du nouveau concept de Starbucks», dixit le patron. Matthieu Tougeron détaille : «Starbucks a récemment ouvert aux USA une boutique-usine de 3.000m² pour que le client découvre leur savoir-faire, pour l’amener à cueillir des effluves, voir la torréfaction, l’emballage du café… Ils ont rappelé qu’ils étaient torréfacteurs…» Pour faire rentrer le client dans l’usine, Matthieu Tougeron a imaginé «un pan de mur équipé d’écrans géants qui retransmettra en temps réel ce qui se passe dans l’atelier». Autre élément déclencheur, la montée en puissance de sa petite boutique de 70m², située dans son usine yonnaise (100.000 € de CA), bien aidée par les visites d’atelier régulièrement organisées. Avec la seconde boutique, son dirigeant vise un équilibre à 200.000euros.

Stratégiquement, un réseau de points de vente diversifierait encore plus ses débouchés. Ces derniers allant aujourd’hui de la GMS, aux cafés et restaurants, ainsi qu’aux distributeurs automatiques. Un moyen de répartir les risques.


CA et résultats en hausse
Même si la parité euro-dollar «fait mal aux Cafés Albert», sachant qu’il achète sa matière première en billets verts, la PME enregistre de bons résultats. Pour son exercice 2014-15 clôturé en avril, la PME anticipe une croissance à deux chiffres (3M€ de CA attendus contre 2,7M€ en 2014 et 2,3M€ en 2013). La distribution automatique étant particulière dynamique. Malgré le remboursement de sa nouvelle usine yonnaise et de ses machines de distribution, son résultat net devrait, lui, plus que doubler (150.000 euros prévus).



Cafés Albert (La Roche-sur-Yon)
Président : Matthieu Tougeron
20 salariés ; 2,7M€ de CA
02 51 37 06 16

Matthieu Tougeron, le président de Cafés Albert, réinvente son modèle économique pour se séparer des gobelets plastiques.
Matthieu Tougeron dirige la société Cafés Albert. — Photo : Jéromine Doux - JDE

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.