France

Industrie

Coronavirus : Emmanuel Macron veut renforcer la souveraineté française sur les productions stratégiques

Par Olivier Hamard, le 31 mars 2020

En visite dans l’usine du fabricant de masques Kolmi-Hopen, à Saint-Barthélemy d’Anjou près d'Angers, le président de la République Emmanuel Macron a insisté sur la nécessité d'une indépendance française et européenne en matière de productions stratégiques.

Emmanuel Macron en visite à l'usine de fabrication de masques de protection respiratoire Kolmi-Hopen, près d'Angers, le 31 mars 2020.
"Pour certains biens, produits ou matériaux, le caractère stratégique impose d’avoir une souveraineté européenne", a constaté le président de la République Emmanuel Macron lors de sa visite du fabricant de masques Kolmi-Hopen, près d'Angers, le 31 mars. — Photo : Capture d'écran BFMTV/ Benoît Chanteloup - Aldev

La récente polémique sur le manque de masques pour les soignants en première ligne dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus a mis au jour la dépendance de la France dans certaines productions stratégiques. Le président de la République Emmanuel Macron en a fait état lors de sa visite du fabricant de masques chirurgicaux et FFP2 Kolmi-Hopen, à Saint-Barthélémy-d’Anjou, près d’Angers, le 31 mars. « Pour certains biens, produits ou matériaux, le caractère stratégique impose d’avoir une souveraineté européenne », a-t-il déclaré, annonçant une forte augmentation de la production de masques et d’appareils respiratoires sur le sol français dans les prochaines semaines.

Vers une « indépendance pleine et entière »

Sur son site de Saint-Barthélémy-d’Anjou, l’entreprise Kolmi-Hopen (140 salariés) produit en période normale 3,3 millions de masques par semaine. Depuis le début de la crise sanitaire, elle a fortement augmenté sa production, a recruté pour doubler son effectif et fonctionne 24 heures sur 24 7 jours par semaine. Le plus important fabricant français, qui représente plus des trois-quarts de la production tricolore, va encore monter en puissance, en recrutant et avec l’arrivée de nouvelles machines. « Il nous faut aujourd’hui 40 millions de masques par semaine contre 4 millions en temps normal, a précisé Emmanuel Macron. Nous en avons commandé un milliard en Chine, mais il faut aussi en produire plus sur notre territoire. Nous voulons arriver à plus de 10 millions par semaine à la fin du mois d’avril, pour parvenir en fin d’année à une indépendance pleine et entière. »

>> Lire notre article : Spérian, l’usine sacrifiée qui pouvait produire 100 millions de masques par an

10 000 respirateurs fabriqués en France d’ici mi-mai

Exhortant à une « reconquête de la production nationale », le chef de l’État a également évoqué la forte demande de respirateurs artificiels, à laquelle le principal fabricant français, Air Liquide Medical Systems, n’est pas en capacité de répondre. « Un consortium regroupant PSA, Valeo ou Schneider Electric, a expliqué Emmanuel Macron, va aussi en lancer la production. D’ici la mi-mai, 10 000 unités devraient être livrées aux services de soins du pays. » L’État va contribuer au financement permettant l’augmentation de cette production, tant en masques qu’en respirateurs, à hauteur de 4 milliards d’euros, qui seront versés à Santé Publique France.

Face à ce qu’il a qualifié d’« extrême tension sur le marché mondial », Emmanuel Macron a donc annoncé vouloir « rétablir la souveraineté nationale et européenne » en matière de productions stratégiques. Un mouvement de reconquête que le chef de l’État veut voir s’engager dès aujourd’hui et surtout « le jour d’après », a-t-il insisté par deux fois, pour évoquer la sortie du confinement et le redémarrage des entreprises.

Emmanuel Macron en visite à l'usine de fabrication de masques de protection respiratoire Kolmi-Hopen, près d'Angers, le 31 mars 2020.
"Pour certains biens, produits ou matériaux, le caractère stratégique impose d’avoir une souveraineté européenne", a constaté le président de la République Emmanuel Macron lors de sa visite du fabricant de masques Kolmi-Hopen, près d'Angers, le 31 mars. — Photo : Capture d'écran BFMTV/ Benoît Chanteloup - Aldev

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail