Rhône

Industrie

Zelup lève deux millions d’euros pour industrialiser la future lance des pompiers de Paris

Par Déborah Berthier, le 07 juin 2022

Initialement positionnée sur le marché du nettoyage dans le sport, la société Zelup, basée à Lyon, vient de boucler une levée de fonds qui va lui permettre de lancer la production de lances économes en eau pour les camions de pompier. Une technologie qui suscite également l’intérêt des industriels.

La lance développée par Zelup projette de très fines gouttelettes.
La lance développée par Zelup projette de très fines gouttelettes. — Photo : SYLVIA BOREL / BSPP

D’ici 2026, la moitié des camions de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris devrait en être équipée. Soit une soixantaine de véhicules. Et ce ne devrait être que le début pour les lances diphasiques de Zelup. La société lyonnaise (CA : NC., 6 salariés), qui vient de lever deux millions d’euros, dont 379 000 euros auprès de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, dans le cadre de son plan de relocalisation, répond à une problématique sur laquelle les hommes du feu planchent depuis les années 1980 : éteindre un incendie en utilisant moins d’eau, tout en restant aussi efficace. Les lances des camions rouges ne crachent en effet pas moins de 500 litres par minute. Pour un rendement de 25 % à 40 %. Le reste de l’eau étant gaspillé.

Des terrains de sport aux camions de pompier

C’est en consultant les brevets déposés sur des technologies de projection de gouttelettes que la brigade de Paris découvre la solution imaginée par Zelup, en 2017. Fondée en 2012 par Thomas Issler, l’entreprise ne travaille alors nullement sur des solutions d’extinction des incendies. "Nous avions mis au point une solution de nettoyage, destinée au secteur du sport (nettoyage de terrains de sport, de vélos, de chaussures…) reposant sur la fragmentation hydropneumatique, permettant de diviser par vingt les consommations d’eau", explique Thomas Issler. Débute alors une collaboration entre le bureau d’études des pompiers de Paris, Zelup, et le laboratoire central de la préfecture de police. Sont également impliqués le bataillon des marins-pompiers de Marseille et les services d’incendies et de secours du Rhône, d’Ille-et-Vilaine et de Seine-et-Marne. Le résultat, dont Zelup et les pompiers de Paris se partagent le brevet : une lance consommant 5 à 8 fois moins d’eau, plus légère, donc plus maniable, avec un rendement de 80 % à 90 %.

Zelup va installer une partie de sa production dans la Loire.
Zelup va installer une partie de sa production dans la Loire. - Photo : SYLVIA BOREL / BSPP

Cinq camions sont en train d’être "rétrofités" avec les lances développées par Zelup. Et grâce à sa levée de fonds, la société s’apprête à passer en phase de production. L’assemblage, la fabrication de deux "composants stratégiques", les tests et l’expédition seront réalisés par Zelup, qui a installé une partie de son équipe dans la Loire, dans une commune gardée secrète. Le reste de la production est sous-traité à des entreprises de la région, en Haute-Savoie et dans le Rhône.

Des développements à venir avec des industriels

"Le marché est monstrueux et nous recevons beaucoup de demandes", se réjouit Thomas Issler. Les applications de ces lances ne se limitent pas aux camions de pompiers. Elles suscitent l’intérêt des industriels. "Nous avons commencé à travailler avec un groupe pétrolier et nous sommes en discussion pour lancer un codéveloppement sur les feux de batteries des véhicules électriques", cite le fondateur, qui espère commercialiser une centaine de lances dans les douze prochains mois.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition