Ain

Industrie

Au Pipa, une usine modulaire clé en main proposée aux industriels

Par Déborah Berthier, le 26 janvier 2022

Le syndicat mixte du parc industriel de la Plaine de l’Ain (Pipa) s’est associé au groupe immobilier Barjane pour imaginer un bâtiment clé en main, proposé à la location à un ou plusieurs industriels. Une opération à près de 40 millions d’euros qui permettra aux futurs locataires un gain de temps considérable dans la mise en œuvre du projet immobilier.

Le projet de Barjane sur le Pipa.
Le projet de Barjane sur le Pipa. — Photo : DR

Alors que la région Auvergne-Rhône-Alpes a lancé, en décembre 2021, sa stratégie en faveur de la relocalisation des entreprises sur le territoire, le syndicat mixte du Pipa et le groupe immobilier Barjane ont présenté un projet d’usine clé en main destiné à accueillir de un à trois nouveaux groupes de production industrielle au sein du Parc industriel de la Plaine de l’Ain (Pipa). "Cet ensemble immobilier est né de notre volonté, à Léo Barlatier — cofondateur de Barjane — et moi-même de réaliser un projet commun", explique Hugues de Beaupuy, le directeur général du parc industriel. Le projet se revendique comme une initiative pour dynamiser l’offre. Selon le syndicat mixte (SM) du Pipa, en France, 50 % du parc immobilier industriel a plus de 30 ans. Et les deux tiers des projets industriels seraient abandonnés ou réduits à des projets d’extension car les bâtiments existants sont souvent peu flexibles et non adaptés aux préoccupations environnementales.

Un droit de regard sur le futur occupant

Construit sur un terrain de 11 hectares sur la commune de Blyes (Ain), le projet, qui se veut modulaire, comprend un "édifice principal" de 42 600 m2, pouvant être adapté (taille, part réservée aux bureaux, etc.) en fonction des besoins des industriels. L’usine devrait également être durable et bas carbone. Le projet comprend la mise en place d’une toiture végétalisée, l’installation de panneaux solaires, un traitement alternatif des eaux pluviales, une construction avec des matériaux biosourcés, une optimisation de la consommation d’énergie, etc.

Le coût de ce projet est estimé à 35 à 40 millions d’euros. Il est entièrement supporté par Barjane, qui a acheté le terrain au Pipa. Il financera la construction du bâtiment et le propose d’ores et déjà à la commercialisation sous forme de location aux industriels.

Le syndicat mixte aura néanmoins droit de regard sur le ou les futurs occupants. "Nous visons des activités industrielles - santé/pharmaceutique, agroalimentaire, électronique, process et d’assemblage, car la logistique compte déjà pour 45 % de l’activité du site, poursuit Hugues de Beaupuy, et nous ne souhaitons pas qu’elle soit dominante." Pour autant, le syndicat mixte Pipa ne sera pas en mesure d’accueillir d’entreprises présentant un process industriel trop contraignant, nécessitant une grande hauteur, ou des cheminées, par exemple. "Nous voulons que le bâtiment soit réversible pour d’autres activités, de logistique par exemple. Nous ne voulons pas d’une friche." Parmi les autres critères du syndicat mixte : une pollution restreinte liée aux activités industrielles et un besoin en emplois conséquent, mais pas trop. "Il faut que le bassin d’emploi alentour soit en mesure de fournir les effectifs nécessaires", précise le directeur général, qui indique avoir déjà dû refuser des projets (comme les entrepôts logistiques du distributeur low-coast Action, qui a finalement choisi Belleville-sur-Saône) car les besoins en personnels étaient trop importants par rapport au bassin aindinois.

Un gain de temps considérable

Le principal avantage de ce projet clé en main, pour les futurs industriels, est le gain de temps. "Entre 6 mois et un an, en fonction du degré d’enjeux environnementaux du prospect", souligne Hugues de Beaupuy, puisque le projet immobilier aura déjà été pensé et qu’un pré-permis devrait très prochainement être déposé. Le projet devrait être opérationnel à l’horizon 2024.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition