Nantes
Reine Bike veut lever un million d’euros pour déployer son vélo électrique haut de gamme
Nantes # Transport # Levée de fonds

Reine Bike veut lever un million d’euros pour déployer son vélo électrique haut de gamme

S'abonner

Pour fin 2022, début 2023 au plus tard, la start-up nantaise Reine Bike espère avoir bouclé une levée de fonds d’un million d’euros pour accélérer le déploiement de son vélo électrique haut de gamme. Assemblés par le vendéen Arcade Cycles, 400 ont été produits à ce jour.

Stéphane Grégoire, fondateur de Reine Bike à Nantes — Photo : Reine Bike

La jeune entreprise nantaise Reine Bike va franchir une nouvelle étape dans le déploiement de son vélo électrique haut de gamme. La start-up initie une levée de fonds d’un million d’euros qu’elle souhaite boucler fin 2022, début 2023 au plus tard. Avec une triple ambition dévoilée par son fondateur et président, Stéphane Grégoire : "Accélérer notre développement commercial, promouvoir notre marque dans les pays frontaliers et développer, d’ici un an et demi voire deux ans, de prochaines gammes." En parallèle, Reine Bike va appuyer sur une nouvelle offre, la personnalisation de vélos à destination des entreprises proposant des plans de mobilité à leurs salariés.

Assemblés à Arcade Cycles en Vendée

Le projet de deux-roues électrique de Reine Bike, lancé au printemps 2019 puis freiné par le Covid, a rebondi en septembre 2021 lorsque la production a débuté. C’est au sein de l’usine d’Arcade Cycles à la Roche-sur-Yon que sont assemblés les vélos électriques "Huit personnes y sont consacrées, qui complètent notre équipe de 8 collaborateurs en interne", précise Stéphane Grégoire. La distribution, par l’intermédiaire d’un réseau de revendeurs, date de début 2022. "A ce jour, un peu plus de 400 vélos ont été produits", souligne Stéphane Grégoire. Un chiffre en deçà du tableau de marche initial.

Doubler l’activité en 2023

Les années 2020 et 2021 ont été euphoriques pour le marché du vélo, le Covid et les confinements ayant modifié les habitudes de déplacement. Et "même s’il reste en croissance, il est devenu plus rationnel en 2022, remarque le président de la start-up nantaise. Nos revendeurs disposent aujourd’hui de stocks avec leurs marques historiques". Reine Bike a, en conséquence, une année de décalage sur ses ambitions : cette année s’achèvera sur un chiffre d’affaires estimé entre 500 000 et 600 000 euros, avec la volonté de le doubler en 2023

Conçu pour un usage urbain et péri-urbain, affichant un design rétro, le vélo de Reine Bike présente une autonomie de 120 km en mode économique et 70 km en mode sport. Une version connectée est commercialisée. En partenariat avec la start-up nantaise Velco, elle permet, en cas de vol, de déclencher une alarme à distance et de couper l’assistance électrique du deux-roues.

Nantes # Transport # Services # Levée de fonds # Production