Toulouse
LP Promotion veut devenir un leader du marché des résidences gérées
Toulouse # BTP

LP Promotion veut devenir un leader du marché des résidences gérées

S'abonner

LP Promotion accélère son développement sur le marché des résidences de services destinées aux étudiants, aux jeunes actifs et aux seniors. Le promoteur immobilier toulousain multipliera par quatre son portefeuille dans les cinq ans sur l’ensemble du territoire national.

Pierre Aoun, le directeur général de LP Promotion, annonce la commercialisation de 11 résidences gérées en Occitanie d’ici 2024 — Photo : Lionel Ruhier

En une décennie, le groupe LP Promotion (220 collaborateurs, CA : 270 M€), créé à Toulouse en 1996, a multiplié par trois son chiffre d’affaires et s’est étendu de l’Occitanie vers les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine et Île-de-France. D’ici 2026, il ambitionne de le porter à plus de 800 millions d’euros. Le groupe passera de 2 400 lots réservés en 2021 à près de 7 000 dans cinq ans. "Notre positionnement de promoteur des territoires a un sens, explique Pierre Aoun, son directeur général. Il s’agit de nous développer localement, au cœur de nos régions d’implantation, en nous adaptant aux besoins réels des territoires, en répondant aux enjeux locaux et en offrant aux résidents des solutions d’habitat adaptées."

22 résidences en France

Pour accélérer son développement, LP Promotion mise notamment aujourd’hui sur le marché des résidences gérées dont il veut devenir l’un des leaders français. En 2008, le groupe a fondé la filiale Privilège Services (50 salariés, CA : 10 % de celui du groupe). Cette dernière assure la gestion de résidences de services destinées aux étudiants, aux jeunes actifs, aux seniors et même au coworking. La filiale gère aujourd’hui 22 résidences en France et prévoit, d’ici cinq ans, d’en multiplier le nombre par quatre. En ce moment, LP Promotion vend en Occitanie deux résidences seniors, à Toulouse et à Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), et une résidence coliving dans le quartier toulousain de Borderouge. En 2022, le groupe commercialisera 18 résidences gérées en France. En Occitanie, 11 résidences de services supplémentaires seront vendues d’ici fin 2024 (dont 6 résidences seniors, 3 résidences étudiantes et 2 résidences coliving). En 2025, Privilège Services assurera ainsi la gestion de plus de 20 résidences de services dans la région. "Être promoteur et gestionnaire nous permet d’être un interlocuteur unique auprès des collectivités et de les accompagner dans la durée, indique Pierre Aoun. Grâce à notre globale de la chaîne immobilière, nous répondons aux enjeux de la ville de demain et proposons des services en accord avec les attentes et les besoins de la population. Notre volonté est de créer des lieux de vie conviviaux et adaptés à tous les parcours résidentiels".

Loyers garantis

Selon le directeur général, le modèle de résidences gérées de Privilège Services garantit aux seniors des tarifs inférieurs de 30 % à ceux de la concurrence. Pour y parvenir, les coûts sont rationalisés. "Par exemple, nous n’avons pas de restaurants, détaille-t-il. Mais nos équipes de gestion mettent gratuitement en relation, à la demande, le tissu des commerçants locaux avec nos résidents. Notre expérience de la gestion hôtelière fait que nous avons cette culture d’entreprise, très différente de celle de nos confrères." Pour l’entreprise, le modèle économique de ces résidences gérées n’est pas sans risque. "Nous les vendons à des particuliers ou à des institutionnels, soit la résidence entière, soit appartement par appartement, précise Pierre Aoun. Nous signons des baux de 10 ans et garantissons les loyers aux acheteurs pendant toute cette durée. En amont, nous définissons un taux de remplissage, un loyer, une marge d’exploitation et les frais liés à cette exploitation. LP Promotion est caution à 100 % de tous les loyers. Chez nous, il n’y a pas une société différente pour chaque programme. C’est l’entreprise mère qui assume le risque. Mais comme nous multiplions à présent le nombre de ces résidences, le risque se dilue. Nous avons aussi la chance de n’avoir que des résidences qui fonctionnent. Le Covid a d’ailleurs été un bon crash test. Nos résidents ne sont pas partis."

Toulouse # BTP # Immobilier # Services