Vendée
Les nouvelles ambitions du Puy du Fou
Vendée # Tourisme # International

Les nouvelles ambitions du Puy du Fou

S'abonner

Pour la première fois depuis 2019, le Puy du Fou débute sa saison dès avril. La fin des restrictions sanitaires fait espérer au parc vendéen un retour en nombre des visiteurs. Le parc de loisirs mène de front d’autres projets : spectacle à Shanghai, production d’un long métrage, train sur le modèle de l’Orient Express et surtout deux implantations à l’étranger d’ici 2030.

Le Puy du Fou a accueilli 2,3 millions de visiteurs avant la crise Covid en 2019, un nombre qu’il pense atteindre de nouveau en 2023 — Photo : Cyril Raineau

Pour son 45e anniversaire, le parc de loisirs vendéen situé aux Epesses a accueilli ses premiers visiteurs le 9 avril. Ce qui n’était pas arrivé aussi tôt dans l’année depuis 2019, année pré-Covid. Au regard des premières réservations, "nous sommes optimistes", annonce Nicolas de Villiers, président du Puy du Fou et fils du fondateur Philippe de Villiers. Avec une nuance, "nous ne pensons pas retrouver avant 2023 le public étranger qui représente 14 % des entrées." Le nombre de visiteurs en 2019, 2,3 millions, devrait être approché en 2022 et atteint en 2023. Une bonne nouvelle pour le site aux 125 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019, après deux années de crise sanitaire. "Nous avons traversé l’adversité", souligne le président qui, bien qu’interrogé à ce sujet, ne dévoile pas les chiffres de la baisse de fréquentation en 2020 et 2021.

Le retour du tourisme d’affaire

Le tourisme d’affaires devrait lui aussi retrouver de sa vigueur en 2022. Le Puy du Fou a ouvert en 2020 le théâtre Molière, son centre des congrès de 3 500 m² à même de recevoir jusqu’à 500 personnes. "Nous espérons multiplier par deux cette activité par rapport à 2019", expose Nicolas de Villiers.

Pour convaincre les visiteurs de franchir les portes du parc, "nous ne sommes pas dans la logique d’une entreprise classique, assure-t-il, c’est l’artistique qui nous guide." Puisque 60 % des visiteurs reviennent dans un délai de trois à quatre ans, le parc se doit de se renouveler. "100 % de nos bénéfices sont investis dans nos nouveautés, constituant notre caractère un peu unique", souligne Nicolas de Villiers.

"Je veux faire du Puy du Fou une marque mondiale"

Une des illustrations pour cette année est symbolisée par la nouvelle mise en scène du spectacle se jouant devant les 7 000 places du Stadium gallo-romain. Le Signe du Triomphe version 2022 a nécessité l’intervention d’une trentaine d’entreprises et "plusieurs millions d’euros d’investissements."

Depuis sa création, le parc, qui s’autofinance totalement, a investi plus d’un milliard d’euros dont 350 millions entre 2019 et 2022. Le Puy du Fou est source de 2 400 emplois directs et 5 000 indirects. Pour alimenter ses 26 restaurants et 8 bars, le circuit court est privilégié : 50 % des fournisseurs sont installés en Vendée, 70 % se situent à moins de 100 km des Epesses. 35 tonnes de fruits et légumes sont produites chaque année pour le parc.

Deux autres parcs dans le monde d’ici 2030

L’appétit du parc se mesure aussi à ses projets. Une entité dédiée à la production cinématographique et audiovisuelle, Le Puy du Fou Films, verra son premier long métrage, "Vaincre ou Mourir", tourné en Vendée, sortir en salle en 2023. Cette même année marquera les débuts du train Belle époque qui circulera sur 4000 km des rails de France pour proposer un spectacle itinérant. C’est aussi à l’étranger que le parc, piloté par une association détenant la SAS qui gère le Puy du Fou, multiplie les projets et se dessine un avenir. "Je veux faire du Puy du Fou une marque mondiale", déclare Nicolas de Villiers.

L’internationalisation a déjà débuté, puisqu’un spectacle est joué depuis dix ans en marque blanche dans un parc néerlandais. Surtout, en 2021, 615 000 visiteurs ont découvert le Puy du Fou Espagne à Tolède, ouvert cette année-là. 715 000 sont attendus en 2022. À l’automne, sera présenté à Shanghai "le plus grand spectacle immersif au monde." La Chine est l’une des pistes privilégiées pour la création d’un nouveau Puy du Fou. Les États-Unis pourraient constituer un autre lieu d’implantation. Si Nicolas de Villiers a parlé de temps long pour discuter avec les décideurs de ce premier pays, il ne confirme ni n’infirme la destination pour le second. Il a toutefois fait la promesse que le Puy du Fou aura deux petits frères dans le monde d’ici 2030.

Vendée # Tourisme # Services # Parcs de loisirs # International