Le ministère de l’Agriculture annonce 230 millions d’euros d’aides pour les viticulteurs
# Agriculture # Politique économique

Le ministère de l’Agriculture annonce 230 millions d’euros d’aides pour les viticulteurs

S'abonner

Marc Fesneau vient d’annoncer deux nouvelles aides pour les viticulteurs français, en particulier pour ceux de la moitié sud du pays. Le ministre de l’Agriculture prévoit une enveloppe de 230 millions d’euros pour soutenir ce secteur qui traverse une profonde crise.

L’État met en place un fonds d’urgence doté de 80 millions d’euros pour soutenir les viticulteurs faisant face à des problèmes de trésorerie — Photo : Alexander Elzinga

Du cash pour faire face à la crise viticole. Le ministère de l’Agriculture lance deux nouvelles aides pour soutenir les viticulteurs.

Un fonds d’urgence de 80 millions d’euros pour les viticulteurs

L’État crée d’abord un fonds d’urgence doté de 80 millions d’euros pour soutenir les viticulteurs faisant face à des problèmes de trésorerie. Le dispositif prendra en charge les difficultés conjoncturelles, comme la crise du mildiou ou les aléas climatiques comme la sécheresse. Il viendra aussi "en soutien à la trésorerie en prenant en charge les intérêts d’emprunt sur 2024 ou à la perte qui est liée à telle ou telle maladie", précise le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau sur Sud Radio.

Le dispositif s’adresse aux vignobles de la moitié Sud de la France, du bordelais à l’Occitanie, en passant par la vallée du Rhône.

Les vignerons pourront faire leurs demandes de dossier à compter du 5 février 2024. Mises en œuvre par les préfets de département, les premières aides seront versées avant le 24 février.

Une prime à l’arrachage des vignes de 150 millions d’euros

Le ministère de l’Agriculture va également mettre en place une prime à l’arrachage de 150 millions d’euros. Elle s’adresse aux agriculteurs qui souhaitent se retirer de la production viti-vinicole et se lancer dans une autre activité agricole. Cette prime "peut concerner jusqu’à 100 000 hectares de vigne", indique Marc Fesneau, précisant que la mise en place de cette aide nécessite le feu vert de Bruxelles.

Le ministre de l’Agriculture se rendra prochainement dans l’Hérault présenter plus en détail ces mesures.

Crise profonde du vignoble

Ces deux annonces complètent les aides lancées en 2023, avec 160 millions d’euros fléchés pour la distillation et deux fonds d’urgence de 40 millions d’euros pour faire face aux aléas climatiques.

Elles viennent soutenir une viticulture française particulièrement à la peine. Outre les sécheresses ou le mildiou, le vin tricolore souffre de la forte chute de la consommation (de 70 % en 60 ans) et du ralentissement des ventes à l’export. Dans le bordelais, première région vinicole française, le mal est profond : un viticulteur sur cinq se disait l’an passé prêt à jeter l’éponge.

Pour faire face à cette crise, neuf organisations viticoles ont dévoilé en fin d’année dernière leur plan stratégique de transformation du vignoble tricolore. Présentée comme un "new deal du vin", cette union sacrée des principaux acteurs de la filière doit permettre au vignoble français de redresser la barre, en travaillant aussi bien sur les nouvelles attentes des consommateurs, que la RSE ou le pilotage de la filière vinicole en France.

France Occitanie Nouvelle-Aquitaine Auvergne Rhône-Alpes # Agriculture # Politique économique