France
Colère des agriculteurs : FNSEA et Jeunes Agriculteurs appellent à lever les barrages
France # Agriculture # Politique économique

Colère des agriculteurs : FNSEA et Jeunes Agriculteurs appellent à lever les barrages

S'abonner

Après les nouvelles annonces du Premier ministre Gabriel Attal, FNSEA et Jeunes Agriculteurs appellent à lever les barrages. Mais la mobilisation des agriculteurs continue.

FNSEA et Jeunes Agriculteurs ont appelé à lever les barrages ce jeudi 1er février après les nouvelles annonces du Premier ministre Gabriel Attal — Photo : scharfsinn86

Les principaux syndicats agricoles appellent à lever les blocages d’agriculteurs. FNSEA et Jeunes Agriculteurs ont fait cette annonce ce jeudi 1er février après les nouvelles décisions du Premier ministre Gabriel Attal. S’ils reconnaissent des avancées, les syndicats agricoles comptent maintenir la mobilisation. En changeant les modes d’action. Mais tous les syndicats ne partagent pas la position de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs. La Confédération Paysanne n'appelle ainsi pas à suspendre les blocages.

Le gouvernement déploie une nouvelle panoplie de mesures en réponse aux agriculteurs

Toujours sous pression forte des blocages des agriculteurs, Gabriel Attal et ses ministres Bruno Le Maire (Économie), Christophe Béchu (Transition écologique) et Marc Fesneau (Agriculture) ont procédé un peu plus tôt à de nouvelles annonces. L’objectif de souveraineté alimentaire de la France sera inscrit dans la loi, a indiqué le Premier ministre. Il a par ailleurs annoncé le déblocage de 150 millions d’euros en soutien fiscal et social aux éleveurs, après les 230 millions euros d’aides promis aux viticulteurs. Le plan Ecophyto (pour réduire l’usage des pesticides) va être gelé. Par ailleurs, "il n’est pas question pour la France d’accepter" le traité Mercosur, a redit Gabriel Attal, alors que le président Macron évoquait le sujet devant la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Layen. Marc Fesneau a plaidé pour l’instauration "systématique de clauses miroirs dans les règlements européens comme dans les accords commerciaux". Application d’une "mesure miroir", l’importation en France de fruits et légumes traités avec le pesticide thiaclopride sera interdite.

Plus de contrôles sur le respect de la loi Egalim et du Made in France

Le respect de la loi Egalim figure dans les doléances récurrentes des agriculteurs. En vue de faire respecter l’application de la loi, Bruno Le Maire annonce avoir engagé ses services à effectuer deux fois plus de contrôles des contrats négociés entre industriels et distributeurs. Il promet des contrôles dans les chaînes de la grande distribution ces prochains jours. Par ailleurs, "je ne laisserais passer aucune tentative de contournement de la loi française par des centrales d’achat installées hors de France". Concernant le made in France, "il est inacceptable que cette appellation soit galvaudée ou contournée par un certain nombre d’industriels", a considéré le ministre de l’Économie. "Nous prévoyons 10 000 contrôles en la matière avec des sanctions qui, cette fois, pourront atteindre 10 % du chiffre d’affaires des industriels ou distributeurs (fautifs)".

La Commission européenne lâche du lest sous pression des agriculteurs

Ce jeudi, des milliers d’agriculteurs ont manifesté à Bruxelles tandis que se tenait un sommet extraordinaire des dirigeants européens. La Commission européenne a proposé mercredi 31 janvier de mettre en place des mesures de sauvegarde pour plafonner les importations de produits alimentaires ukrainiens, et a accepté la proposition française de déroger "partiellement" à l’obligation sur les jachères.

France # Agriculture # Politique économique # Conjoncture # Social