Angers
Le Medef Anjou et le CHU d’Angers signent une convention de mobilité
Angers # Santé # Ressources humaines

Le Medef Anjou et le CHU d’Angers signent une convention de mobilité

S'abonner

Pour faciliter la mobilité professionnelle des conjoints et conjointes des candidats recrutés par le CHU d’Angers, une convention a été signée entre le Medef Anjou et la structure hospitalière. Un accord qui permet aussi de renforcer l’attractivité du territoire

Virginie Beurton-Le Mignon, présidente du Medef Anjou, et Cécile Jaglin, directrice générale du CHU d’Angers, ont signé une convention de partenariat entre l’organisation patronale et l’établissement de soins — Photo : Olivier Hamard

Permettre aux conjoints ou conjoints des collaborateurs recrutés par le CHU d’Angers de trouver plus facilement un emploi sur le territoire, c’est l’objet de la convention signée entre la structure hospitalière et le Medef Anjou. Le CHU est en effet le premier employeur du département, avec 8 000 bulletins de paie édité chaque mois, soit environ 6 500 équivalents temps plein, et il voit arriver chaque année environ 500 personnes, extérieures au département.

Le frein du travail du conjoint

Or, les candidats potentiels aux offres émises par l’hôpital angevin peuvent parfois hésiter à s’installer en Anjou, par crainte que leur conjoint ou conjointe ne puisse y trouver un emploi. "Beaucoup de ces candidats arrivent de région parisienne, témoigne Cécile Jaglin, directrice générale du CHU d’Angers, et un déménagement est un choix familial. Nous avons déjà des actions conjointes avec différentes structures pour l’accueil des enfants ou pour l’accès au logement, mais il restait la question du travail du conjoint, qui peut aussi être un frein. Nous ne savions pas où adresser les demandes."

Interroger sur les besoins

Avec cette convention, le CHU va pouvoir informer le Medef Anjou des emplois recherchés par les nouveaux collaborateurs, médecins, infirmiers, aide-soignant. "Quand nous recevrons un candidat, nous pourrons l’interroger sur le métier de son conjoint ou de sa conjointe, ajoute Cécile Jaglin, et s’il ou elle le souhaite, nous pourrons l’orienter vers le Medef qui connaît les besoins des entreprises. C’est un service qui n’est en aucun cas intrusif et l’échange d’informations sera sécurisé." Le CHU prévoit aussi de communiquer en interne sur l’existence de ce partenariat.

Communiquer auprès des entreprises

Le Medef Anjou, quant à lui, pourra relayer ces recherches d’emploi et faire part au CHU des différents types de profils que recherchent ses entreprises adhérentes. "Nous allons diffuser l’information auprès de nos différentes instances et fédérations, explique Virginie Beurton-Le Mignon, présidente du Medef Anjou. Plus nous aurons d’offres, plus nous renforcerons l’attractivité du territoire et plus nous montrerons son dynamisme." Le Medef prévoit lui aussi de communiquer sur cette convention, dans sa newsletter, lors de son assemblée générale et auprès de ses adhérents." Sur un territoire où le taux de chômage est faible, même si certains secteurs connaissent un ralentissement, les besoins des entreprises restent élevés : "Environ 3 000 intentions de recrutement sont identifiées dans l’industrie, rappelle Virginie Beurton-Le Mignon, et 2 340 dans le secteur du bâtiment. Le numérique est aussi en tension et France Travail propose actuellement, tous secteurs confondus, environ 19 000 offres d’emploi sur le territoire."

Un établissement attractif

Cette convention vise aussi à favoriser les échanges entre le Medef et le plus important employeur de la région. Au CHU d’Angers, sont exercés environ 200 métiers différents. Les jeunes générations n’envisagent pas toujours de faire carrière au sein d’un même établissement et peuvent souhaiter rejoindre le secteur privé. Le vaste projet de reconstruction de l’hôpital angevin, Convergence, qui s’étalera jusqu’en 2030, va également amener sur le chantier des centaines de personnes, dont certaines ne seront pas originaires du territoire. "C’est un établissement qui a des projets et cela intéresse des candidats", ajoute Cécile Jaglin.

De son côté, le Medef Anjou veut continuer de renforcer les liens entre le monde économique et les autres acteurs du territoire. Il signera en septembre prochain avec les représentants locaux de l’armée le manifeste ProMilès. Avec ce partenariat, les entreprises s’engagent entre autres dans le recrutement d’anciens militaires, de conjoints de militaires ou de blessés.

Angers # Santé # Ressources humaines # Réseaux d'accompagnement # Syndicats patronaux