Japet Medical exporte ses exosquelettes contre le mal de dos
# Industrie # Levée de fonds

Japet Medical exporte ses exosquelettes contre le mal de dos

S'abonner

Né à Lille en 2016, Japet Medical déploie ses exosquelettes à l’international, avec le marché allemand en ligne de mire. Pour faire la différence sur un secteur concurrentiel, l’entreprise s’appuie sur cinq années de R & D, qui ont donné le jour à un produit alliant technologies robotiques et médicales, pour lutter contre le mal de dos.

Japet Medical a développé un exosquelette pour soulager le mal de dos en milieu professionnel — Photo : © Atypix - Atypix

Japet Medical, installé au sein du parc Eurasanté à Loos (Nord), accélère ses exportations. Fondée en 2016, l’entreprise conçoit et fabrique des exosquelettes, destinés à soulager le mal de dos en milieu professionnel. "C’est une combinaison entre des technologies robotiques et médicales, qui prévient ou soulage le mal de dos chez les opérateurs logistiques, les infirmières, les salariés de l’industrie, les maréchaux-ferrants, etc.", décrit Antoine Noël, le dirigeant. Japet emploie 25 collaborateurs, avec une dizaine de recrutements en cours.

Une place à prendre

Après cinq années de R & D, ayant mobilisé une dizaine d’ingénieurs, Japet a lancé la commercialisation de son exosquelette mi 2019. "Nous avons été freinés en 2020 par la crise sanitaire, commente Antoine Noël, mais nous constatons à présent une vraie accélération". Et cette accélération concerne aussi bien le marché français, que mondial. "Nous avons démarré la distribution en Europe du Nord, en Asie et en Amérique du Sud", détaille le dirigeant. Dans un premier temps, "la destination prioritaire est l’Allemagne, où nous voulons nous implanter de manière durable et efficace. C’est le marché le plus important pour nous au niveau européen, avec beaucoup de besoins exprimés".

Pour le moment, Japet a équipé 300 personnes. L’entreprise a encore des parts de marché à conquérir dans l’Hexagone, où elle distribue son produit en direct, via son site Internet, ainsi qu’avec l’aide d’un partenaire, Gobio, spécialisé dans ce type de produits. "Le marché des exosquelettes en France pèse une vingtaine de millions d’euros et grandit de plus de 50 % chaque année". Si l’entreprise compte déjà des clients un peu partout en France, le potentiel de ce marché reste donc important. Malgré tout, l’international est lui aussi au cœur de la stratégie de développement : "L’exosquelette est un domaine concurrentiel : le marché est jeune et beaucoup d’acteurs se développent. Il faut être présent dès maintenant pour ne pas rater le départ et ce, sur tous les marchés qui nous intéressent", explique le dirigeant.

Un prochain déménagement

En plein développement, Japet recrute pour accroître ses capacités de production : "Nous allons doubler, voire tripler, le rythme de production tous les ans", annonce Antoine Noël. Les locaux actuels, de 200 m², ne suffisent d’ailleurs plus et l’entreprise va s’installer d’ici fin 2021 dans un bâtiment plus grand, toujours au sein du parc Eurasanté. Pour l’heure, Japet reste discret sur son chiffre d’affaires : "le prévisionnel reste très théorique", justifie le dirigeant.

Si l’entreprise appuie son développement sur des financements extérieurs, elle devrait atteindre la rentabilité sous 18 mois. Une levée de fonds est d’ailleurs en cours, un sujet sur lequel le dirigeant ne souhaite pas s’étendre pour le moment. Par la suite, Japet compte aussi cibler les particuliers. "L’objectif serait de faire rembourser notre exosquelette. Des études cliniques sont lancées en interne. En France, cela prendra sans doute du temps mais ce sera plus rapide ailleurs, notamment sur le marché belge."

Nord Hauts-de-France Lille # Industrie # Santé # Services # Levée de fonds # Innovation # International # Ressources humaines