Montpellier
Enerfip se dote d’une société de gestion pour financer les projets d’énergie verte
Montpellier # Production et distribution d'énergie # Infrastructures

Enerfip se dote d’une société de gestion pour financer les projets d’énergie verte

S'abonner

Après le financement participatif des projets d’énergie renouvelable, la société montpelliéraine Enerfip change de braquet en créant une société de gestion : Enerfip Gestion. Destinée à capter une nouvelle typologie d’investisseurs, elle veut réunir 150 millions d’euros en douze mois.

Une centrale solaire dans la Drôme, financée en 2019 par 103 éco-épargnants à travers Enerfip — Photo : Enerfip

Après s’être imposée comme pionnier puis leader du financement participatif des projets d’énergie renouvelable, la plateforme montpelliéraine Enerfip (32 salariés, CA prévisionnel 2023 : 4 M€) rajoute une corde à son arc en créant la société de gestion Enerfip Gestion. Traduction d’un nouvel agrément obtenu fin 2022 auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF), cette structure élargit le spectre des produits financiers qu’elle sera amenée à gérer : là où le financement participatif collecte des fonds auprès des particuliers et des populations locales, cette nouvelle société de gestion ciblera les investisseurs institutionnels et les investisseurs privés. "Les acteurs comme les compagnies d’assurances ou les mutuelles, à travers les fonds auxquels ils souscrivent, disposent d’une immense capacité de financement. À côté d’eux, certains investisseurs institutionnels de taille plus réduite, qui ne peuvent pas abonder ces fonds, étaient exclus des projets d’énergie renouvelable", justifie Julien Hostache, président et cofondateur d’Enerfip.

Une nouvelle logique de groupe

Dirigée par Sébastien Jamme, Enerfip Gestion ambitionne de lever 150 millions d’euros dans les douze prochains mois. Deux classes d’actif seront privilégiées : l’investissement au capital des infrastructures renouvelables et des entreprises qui les développent, ainsi que la dette privée. Enerfip Gestion elle-même pourra co-investir aux côtés des investisseurs institutionnels. Sur le plan opérationnel, elle leur apportera l’expertise d’Enerfip, qui fêtera bientôt ses dix ans, dans le sourcing et l’analyse technique et financière des projets retenus. "Ce n’est pas un nouveau métier. Nous complétons notre offre de service tant du côté investisseurs que porteurs de projets. Mais Enerfip Gestion va catalyser le changement du regard sur ce que l’on fait. Le financement participatif est souvent perçu, à tort, comme un outil de collecte limité, qui se justifierait d’abord pour faciliter l’acceptabilité sociétale des projets d’énergie verte. Avec une société de gestion, nous densifions notre démarche vis-à-vis des milieux financiers", apprécie Julien Hostache, qui rappelle qu’Enerfip a structuré 340 millions d’euros de financement depuis sa création, en 2014.

Par ailleurs, la naissance d’Enerfip Gestion pousse l’entreprise montpelliéraine à adopter une logique de groupe afin de dissocier ses métiers. Sous l’autorité d’une société-mère cohabiteront l’activité dédiée à l’audit des projets, et celle centrée sur la distribution des produits financiers. De même, Enerfip muscle ses ressources humaines pour appuyer cette évolution : Enerfip Gestion est dotée d’une équipe de neuf personnes, dont cinq nouvelles recrues. "Nous devons aussi adopter de nouvelles procédures, caractéristiques des sociétés de gestion. Nous employons par exemple deux analystes financiers chargés de réaliser des audits de projets plus poussés et de produire des notes qui passent ensuite en comité d’investissement. C’est un gage supplémentaire sur la qualité de l’offre que nous déployons désormais", insiste Julien Hostache.

Un rayonnement plus intense en Europe

De même, la nouvelle organisation de l’entreprise intègre Enerfip International, rassemblant ses filiales en Europe. Créée en 2021, la branche espagnole, qui a obtenu son agrément fin 2022, est désormais pleinement opérationnelle. Bientôt dotée de quatre salariés, elle affiche un objectif de 25 à 30 millions d’euros de collecte (en financement participatif) en 2023. "C’est un gros relais de croissance en Espagne, un marché parfois plus dynamique que la France pour certains produits tels que les PPA (contrats d’énergie renouvelable de long terme, NDLR)", juge Julien Hostache. Nouvelle venue, une filiale italienne, basée à Milan, vient d’être créée par Enerfip. "Elle aura les mêmes objectifs sur le marché italien, lui aussi très actif", conclut le dirigeant. Sur l’ensemble de ses métiers, Enerfip vise un objectif de collecte de 200 millions d’euros en 2023.

Montpellier # Production et distribution d'énergie # Services # Infrastructures # Capital