France
Crise agricole : Bruno Le Maire menace de sanctions industriels et distributeurs qui ne respectent pas la loi Egalim
France # Agriculture # Politique économique

Crise agricole : Bruno Le Maire menace de sanctions industriels et distributeurs qui ne respectent pas la loi Egalim

S'abonner

Industriels et distributeurs en infraction à la loi Egalim, qui protège les revenus des agriculteurs, seront sanctionnés, prévient le ministre de l’Économie Bruno Le Maire. Les fraudeurs risquent une sanction pouvant se monter jusqu’à 2 % de leur chiffre d’affaires.

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, menace distributeurs et industriels de lourdes sanctions s’ils ne respectent pas la loi Egalim, censée protégée les revenus des agriculteurs — Photo : Sébastien Colle

Les distributeurs et les industriels qui ne respectent pas la loi Egalim seront lourdement sanctionnés, menace Bercy. Dans le contexte de colère des agriculteurs, Bruno Le Maire a annoncé avoir commandité des contrôles accrus des agents de la DGCCRF (la répression des fraudes), auprès des industriels de l’agroalimentaire et des distributeurs, pour s’assurer du respect de la loi Egalim. Cette dernière est censée garantir un juste revenu des agriculteurs, en protégeant leurs revenus, dans la guerre des prix que se livrent la grande distribution et les industriels de l’agroalimentaire

Bruno Le Maire veut doubler les contrôles

Le problème, c’est que des infractions ont été constatées par les services de l’État : "La semaine prochaine, je leur enverrai une injonction de se conformer à la loi, sous quelques jours", a expliqué Bruno Le Maire ce vendredi 26 janvier, à l’issue du comité de suivi des négociations commerciales, qui se terminent le 31 janvier. Les entreprises qui ne corrigeraient pas leur infraction seront sanctionnées, "jusqu’à 2 % de leur chiffre d’affaires", a menacé le ministre de l’Économie qui s’est gardé de dévoiler le nom des entreprises concernées.

Disant vouloir veiller au "respect strict de la loi Egalim", Bruno Le Maire a assuré vouloir "doubler" les contrôles de la DGCCRF à l’avenir.

L’Adepale charge les distributeurs

L’annonce a été saluée par l’Adepale. Représentant PME et ETI de l’alimentaire, l’organisation professionnelle "salue l’annonce du gouvernement de renforcer les contrôles auprès des acteurs de la grande distribution". Elle "demande que toute la transparence soit faite à l’issue de ces contrôles". L’Adepale estime que "les acteurs de la grande distribution ont persisté et persistent à demander des baisses de prix aux transformateurs ne tenant pas compte de l’évolution de la totalité des coûts de production agricoles."

Michel-Edouard Leclerc promet de respecter la loi Egalim

Au niveau des distributeurs, Michel-Edouard Leclerc assure que les centres Leclerc jouent le jeu. "Les centres Leclerc, premier distributeur français, s’engagent à respecter la loi Egalim. J’espère que les 21 % d’inflation qu’ont connus les consommateurs en deux ans ont profité à l’agriculture. Si ce n’est pas le cas, il faut des commissions d’enquête, des rapports qui viennent regarder chez les uns et chez les autres où est passé cet argent", a déclaré au Figaro le président d’E. Leclerc, dont certains des magasins sont la cible de la colère des agriculteurs.

France # Agriculture # Industrie # Distribution # Politique économique