Bretagne : La Région veut optimiser les déchets des activités économiques

Bretagne : La Région veut optimiser les déchets des activités économiques

S'abonner
En reprenant la compétence de gestion des déchets à son compte, dans le cadre de la loi NOTRe, la Région Bretagne entend atteindre les objectifs nationaux de réduction des ordures ménagères et encourager de nouvelles filières de valorisation, créatrices d'emplois, notamment pour les déchets des activités économiques.
— Photo : Le Journal des Entreprises

Transformer les déchets bretons en ressources à travers de nouvelles activités économiques créatrices d'emploi, c'est l'objectif que se fixe la Région Bretagne qui reprend cette compétence, avec le soutien de l'Ademe. La loi NOTRe l'oblige en effet à élaborer, d'ici à 2017, un "plan régional de prévention et de gestion des déchets". Ce document unique prendra le relais de 8 plans départementaux en matière de déchets ménagers non dangereux et de déchets du BTP, mais aussi du plan régional déjà porté par la Région en termes de prévention et de gestion des déchets dangereux.

Encore des progrès à faire

Les objectifs fixés par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, contraignent d'ici à 2020, à une réduction de 10 % de la production des déchets ménagers et assimilés (sur 2010-2020), un taux de recyclage « matière » des déchets non dangereux de 55 % (et même 65 % en 2025) ; et à une réduction des tonnages de déchets enfouis de 30 % (50 % à 2025). Le gisement des déchets non dangereux et non inertes du commerce et des industries est estimé à 1,5 million de tonnes, triés à 74 %, et à 376.000 tonnes la production de déchets de l’artisanat.

Parmi les axes de progrès bretons, figure notamment le traitement local des matières triées, aujourd'hui valorisées souvent hors de la région. Mieux connaître les déchets des activités économiques pour en optimiser la gestion fait aussi partie des priorités du conseil régional qui entend également rationaliser les coûts pour la collectivité. Ce qui devrait passer par la mutualisation d'équipements. Il en coûte, pour le traitement des déchets, 77€ HT/habitant dont 44€ rien que pour les ordures ménagères résiduelles. Et il faudra corriger certaines disparités entre collectivités au sein même de la Bretagne, qui vont de 33 à 215 € HT/habitant ! Une étude est également engagée sur la mise en place d'une "tarification incitative" pour 57 % de la population. Les foyers bretons paieront-ils bientôt des taxes au poids de leurs déchets, comme cela se pratique ailleurs ? Cela paraît peu probable, car "76% des études réalisées n'ont pas abouti fin 2015" à sa mise en place, selon l'Observatoire régional des déchets. La Région veut tout de même tendre vers le "zéro déchet"... non valorisé.

http://www.observatoire-dechets-bretagne.fr