Grasse
Avec l'accélérateur Villa Blu, l’expert des arômes et parfums Robertet nourrit sa propre innovation
Grasse # Industrie # Réseaux d'accompagnement

Avec l'accélérateur Villa Blu, l’expert des arômes et parfums Robertet nourrit sa propre innovation

S'abonner

Villa Blu, l’accélérateur de Robertet né en 2023, va recevoir le mois prochain sa troisième promotion de start-up. Le groupe familial grassois, leader mondial des ingrédients naturels pour l’industrie des arômes et la parfumerie, y accompagne de jeunes pousses dédiées à "la naturalité" et au vivant. De quoi accélérer, dans le même temps, sa propre innovation.

Directeur Adjoint Asie du Nord du groupe Robertet, Fabien Giausseran a cofondé l’accélérateur Villa Blu by Robertet avec Olivier Maubert, directeur Arômes, Health & Beauty — Photo : Olivia Oreggia

Le troisième "batch" est prévu pour le mois de mars, soit un an après la création de Villa Blu par Robertet. La nouvelle promotion de l’accélérateur rejoindra les 10 start-up sélectionnées ces derniers mois, qui évoluent toutes sur le marché de la "naturalité". Elles sont hébergées dans un impressionnant bâtiment bleu qui surplombe Grasse et qui est l’ancien siège de la Maison Charabot, l’une des plus anciennes parfumeries du monde, créée en 1799. Un bâtiment racheté en 2007 par Robertet (2 220 salariés, CA 2023: 721 M€), expert des ingrédients naturels pour l’industrie des arômes et la parfumerie.

Rester connecté au marché

Pour une scale-up en devenir, qui peut facilement y croiser des clients du groupe, les atouts d’une telle structure sont évidents. Mais avec ses 703 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2022, ses 2 220 collaborateurs dans le monde, ses 14 centres de création répartis sur la planète et ses 1 355 références naturelles, qu’attend donc Robertet, né en 1850, de cet accélérateur fraîchement créé ?

"Le but n’est pas d’avoir quelque chose qui deviendra une division du groupe, explique Fabien Giausseran, cofondateur des lieux avec Olivier Maubert, et par ailleurs directeur adjoint Asie du Nord de Robertet. La logique n’est pas celle d’un fonds d’investissement. Il s’agit de rester connecté au marché. Ici, on trouve des technologies qui pourront être testées par les start-up en les intégrant à leurs produits. Si ça marche, cela nous permet d’avoir un retour de marché immédiat. Alors qu’essayer de vendre une technologie disruptive à un gros client peut prendre des années et coûter des dizaines de millions d’euros, sans certitude."

Villa Blu s’est installé sur les hauteurs de Grasse, dans l’ancien siège de la Maison Charabot, entièrement rénovée — Photo : Olivia Oreggia

Jusqu’à 100 000 euros investis

L’accélérateur offre un bouillon d’idées au milieu de L’Alsacienne Lao Care, qui vient de lever 600 000 euros pour ses shampoings bio, de la nutricosmétique d’Holite, des boissons au CBD de Jane, de l’IA de Coralai, ou des soins naturels pour animaux de compagnie de Truffe & Moustache.

Pour presser le pas sur le chemin de l’industrialisation et de la croissance, chacune suit un programme intensif allant de 6 à 18 mois. Quant au volet financement, Robertet peut investir jusqu’à 100 000 euros dans chaque entreprise, se positionnant en réel partenaire. Une passerelle avec les jeunes pousses que défend Robertet.

"Quand on voit ce que font Andros, Yves Rocher ou Michelin, on sait que s’il y a une culture qui peut faire cela, c’est bien la France avec ses ETI innovantes, estime Fabien Giausseran. On a presque oublié cet ADN, l’industrie était devenue un peu has been. Mais pourquoi opposer deux mondes qui peuvent travailler ensemble ? La vitesse du monde des start-up et la prudence et la connaissance du monde industriel, ça matche."

Que donnera sur la durée, cette fertilisation croisée made in Grasse ? Difficile à dire tant le modèle est inédit sur le territoire maralpin. "Peut-être faudra-t-il internationaliser tout ça ?, reprend Fabien Giausseran. Créer d’autres structures avec des entreprises plus grosses ? Peut-être faudra-t-il accélérer 30 ou 40 start-up par an ? Je ne peux pas le savoir puisque nous n’avons pas de référence. On expérimente." Villa Blu prévoit pour l’heure d’accueillir et accélérer jusqu’à 20 start-up simultanément.

Grasse # Industrie # Réseaux d'accompagnement # Start-up # Innovation