Strasbourg

Restauration

Implantation

La Pizza de Nico veut reprendre son rythme de développement

Par Pascale Schaeffer, le 21 novembre 2023

Un temps freinée par le Covid, La Pizza de Nico compte reprendre le développement de son réseau de franchises. Après huit ouvertures en 2022, l’enseigne alsacienne de restauration se donne pour cap d’ouvrir dix nouveaux points de vente en 2024.

Le franchiseur Nico Palea, fondateur de La Pizza de Nico, projette de se déployer au national avec une dizaine d’ouvertures en 2024.
Le franchiseur Nico Palea, fondateur de La Pizza de Nico, projette de se déployer au national avec une dizaine d’ouvertures en 2024. — Photo : DR

Le groupe de restauration Pizza de Nico (PDN), fondé par Ioanin Palea dit "Nico" en 2000 à Strasbourg, poursuit son déploiement, un temps freiné par le Covid. L'entreprise qui vient de recevoir un prix de l’IREF, la Fédération des réseaux européens de franchise et de partenariat, compte aujourd’hui 33 restaurants et points de vente, dont trois en propre. L’ensemble des enseignes a réalisé en 2023 un chiffre d’affaires de 12 millions d’euros et emploie environ 300 salariés.

Huit ouvertures en 2023 (Saint-Nazaire, Caen, Arras, Bayonne et Paris notamment, Lorient avant la fin de l’année) marquent la volonté du groupe devenu franchiseur en 2013, de s’étendre à l’échelle nationale. L’implantation en propre d’un restaurant à Paris-Bastille (avec ceux de Rivétoile et de Koenigshoffen à Strasbourg), en juin 2022 sur 200 m2, "pour donner l’exemple" selon le fondateur de l’enseigne, devait tourner la page des années Covid, de la hausse des coûts des matières premières et de l’énergie qui ont sérieusement plombé les résultats de l’entreprise et impulser un nouvel élan. "Nous remontons la pente après le Covid", admet sobrement Nico Palea qui n’a pas souhaité en dire plus et dévoiler la rentabilité de l’entreprise.

Après Covid, la livraison à domicile s’est maintenue

Un mal pour un bien, la pandémie a toutefois permis à l’enseigne de développer la livraison à domicile et a donné un coup d’accélérateur aux collaborations lancées avec Uber et Deliveroo en 2018. "Les habitudes prises pendant le Covid ne sont pas retombées et aujourd’hui la livraison peut représenter jusqu’à 40 % du chiffre d’affaires de certains points de vente de centre-ville", estime Nico Palea pour qui le nombre d’ouvertures compense le nombre de fermetures d’établissements depuis 2022.

Une ouverture du capital prévue pour 2024

Si les ambitions de la marque, avec un objectif annoncé avant Covid d’une centaine de points de vente à horizon 2025, semblent marquer le pas, Nico Palea se veut optimiste. "Nous recommençons à négocier avec nos fournisseurs et nous reprenons notre rythme de développement", souligne le dirigeant qui projette de poursuivre en 2024, avec une dizaine d’ouvertures supplémentaires (trois seraient signées à l’heure actuelle), essentiellement au national.

A l’avenir Nico Palea a choisi de prendre des participations au côté de ses franchisés, ce devrait notamment être le cas dans le cadre d’un prochain retour sur la zone de chalandise colmarienne. Une ouverture partielle du capital de la tête de réseau, la SAS PDN Group, est à l’étude, elle pourrait se concrétiser au printemps prochain. "Je suis le seul actionnaire et je souhaite aller plus vite et plus haut", affirme le dirigeant.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition