Haute-Garonne

Aéronautique

Satys ouvre des salles de peinture pour doubler son chiffre d'affaires

Par Fleur Olagnier, le 11 février 2020

Le toulousain Satys investit 350 millions d'euros dans de nouvelles salles de peintures et unités de traitement de surface. Le groupe industriel, qui a fêté ses vingt ans en 2019, compte doubler son chiffre d'affaires à l'horizon 2025. 

Pour Satys, la peinture d'avions neufs devrait bientôt représenter les deux tiers de son activité.
D'après Satys, la peinture d'avions neufs devrait bientôt représenter les deux tiers de son activité. — Photo : Satys

STTS, Finaero et maintenant Satys : le spécialiste de la peinture d’avions a changé plusieurs fois de nom, mais surtout, de dimension. PME de 40 salariés à ses débuts en 1989, le groupe industriel compte aujourd’hui 3 100 collaborateurs dont 700 au siège à Blagnac (Haute-Garonne), et a généré 254 millions d'euros de chiffre d’affaires en 2019. « Nous avons grandi dans le sillage d’Airbus qui vendait 250 avions par an il y a 20 ans et plus de 900 aujourd’hui », expose Christophe Cador, président de Satys. À présent, l’entreprise investit 350 millions d'euros dans de nouvelles salles de peinture pour encore une fois passer un cap et doubler son chiffre d’affaires d’ici 2025.

Bientôt 32 hangars de peinture

Satys réalise les deux tiers de son chiffre d’affaires avec son activité historique - la peinture et l’étanchéité - désormais couplée à du traitement de surface dans sa division Satys Services. « Nous travaillons principalement pour les constructeurs d’avions, les compagnies aériennes comme Air France ou KLM, des flottes d’avions d’affaires et des industriels comme Stelia Aerospace et Latécoère », précise Fabien Roualdes, directeur général. Chaque année, Satys peint 800 aéronefs dont une centaine d’hélicoptères. « Aujourd’hui, c’est du 50-50 entre le neuf et la repeinture, mais le marché s’oriente vers deux tiers de neuf et un tiers de repeinture », complète Christophe Cador.

Pour atteindre les 500 millions d'euros de chiffre d’affaires en 2025, Satys investit 350 millions dans des salles de peinture et des unités de traitement de surface. Des salles de peinture déjà en construction à Dubaï seront livrées fin 2020. La zone de l’aéroport Ferenc Liszt de Budapest (deux salles) et la cité-État de Singapour doivent aussi être équipées cette année, tandis qu’une salle dédiée à la peinture des ATR devrait voir le jour à Blagnac. Le groupe va ainsi passer de 26 à 32 hangars de peinture d’avions fin 2020. Par ailleurs, la construction d’une nouvelle unité de traitement de surface est sur le point de démarrer à Marignane (Bouches-du-Rhône).

250 embauches en 2020

Grâce à ces investissements, Satys souhaite optimiser la capacité industrielle de ses sites. L’entreprise, qui a commencé à s’internationaliser avec l’ouverture d’un site en Espagne en 2003, possède à ce jour 71 sites industriels dans 14 pays. Dans une deuxième division baptisée Satys Systems, le groupe réalise un tiers de son chiffre d’affaires avec des activités de conception et de fabrication des intérieurs d’avions et de trains, ainsi que de câblage électrique. « Nous avons démarré en 2009 par des aménagements de cabines sur petites séries d’avions customisées, puis avons étendu nos services aux grandes séries de trains », note Christophe Cador. Cette branche compte comme principaux clients Alstom, Bombardier, Hitachi, Air France, Safran, et des géants de l’énergie comme Schneider Electric et General Electric.

Pour mener à bien ses multiples perspectives de développement, Satys a recruté 250 personnes en 2019 et planifie le même ordre de grandeur pour 2020. Les postes concernés sont principalement des opérateurs, notamment en peinture, des ingénieurs, les fonctions support et d’encadrement.

Pour Satys, la peinture d'avions neufs devrait bientôt représenter les deux tiers de son activité.
D'après Satys, la peinture d'avions neufs devrait bientôt représenter les deux tiers de son activité. — Photo : Satys

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.