Marseille

Transport

Totem Mobi passe la seconde pour séduire Paris

Par Rémi Baldy, le 11 octobre 2018

La société marseillaise Totem Mobi propose des voitures électriques destinées à la mobilité partagée dans les grandes villes. Après la cité phocéenne et Montpellier, l'objectif est de rouler sur les pavés parisiens.

Illustration d'une Totem Mobi devant le palais Longchamps à Marseille.
Aujourd’hui, 165 voitures proposées par Totem Mobi circulent à Marseille. — Photo : Totem Mobi

Et si la solution de mobilité pour Paris venait de Marseille ? Après la fin du service d'autopartage Autolib en juillet, la capitale s'est mise en quête de nouvelles solutions de mobilité partagée et Totem Mobi compte bien en devenir une. « Nous cherchons un industriel ou un financier pour nous accompagner dans cette démarche », explique Emmanuelle Champaud, cofondatrice avec Cyrille Estrade de la start-up qui propose depuis 2015 ses voitures électriques - des Twizy de Renault - dans la cité phocéenne.

Aujourd’hui, 165 Totem Mobi circulent à Marseille. Pour en utiliser une, il est nécessaire de s’inscrire sur une application dédiée. Après les vérifications d'usage, elle permet ensuite de localiser les voitures et de les déverrouiller.

Un prix de location attractif

L’argument principal de Totem Mobi est son prix : 1 euro le premier quart d’heure de location avec, ensuite, une offre dégressive. Comme il est possible de garer les voitures sur n’importe quelle place de stationnement, les conducteurs qui les déposent à des bornes de chargement se voient offrir du temps de trajet. Un moyen de garder les véhicules chargés.

L’application compte 3 200 inscrits et 8 000 locations chaque mois pour une distance parcourue de 6 kilomètres en moyenne par trajet. Les clients sont principalement des particuliers, représentant 50 % des revenus de Totem Mobi. « Les entreprises qui proposent nos véhicules à leurs salariés, notamment pour économiser des frais de parking, pèsent 25 % de nos revenus, et le reste provient de la publicité », détaille la dirigeante de 56 ans.

Emmanuelle Champaud et Cyrille Estrade, fondateurs de Totem Mobi.
Emmanuelle Champaud et Cyrille Estrade, fondateurs de Totem Mobi. - Photo : Totem Mobi

S’installer dans 10 villes d’ici à 2022

Le concept commence à franchir les frontières de Marseille avec le lancement de 30 premières voitures à Montpellier en juillet. A court terme, l’objectif est de développer Totem Mobi dans deux villes supplémentaires, probablement Avignon et Béthune (Pas-de-Calais) en 2019. Une augmentation de capital est également envisagée l’année suivante pour permettre à la start-up de 12 salariés d’être présente dans une dizaine de villes à l’horizon 2022. De quoi faire passer le chiffre d’affaires de 260 000 euros aujourd’hui à 7 millions dans six ans.

« Nous avons un marché avec un énorme potentiel, car de nombreuses villes sont à la recherche de solutions de mobilité partagée. Nous sommes là au bon moment », juge Emmanuelle Champaud. Le secteur intéresse d’ailleurs des géants comme Peugeot ou Renault. Pas de quoi faire peur à l’ex-gérante d’une agence Havas : « La masse de clients augmente proportionnellement à l’offre proposée, ce n’est pas vraiment de la concurrence mais plutôt une solution alternative. Nous sommes sur un segment particulier, celui des derniers kilomètres, avec des voitures qui ne sont pas conventionnelles ».

Des perspectives qui ne prennent pas en compte une éventuelle arrivée à Paris, où la municipalité ne passe pas par un appel d’offres, mais impose des conditions pour qu’un opérateur puisse déployer ses véhicules. Pour les Totem Mobi, ce serait un grand coup d’accélérateur.

Illustration d'une Totem Mobi devant le palais Longchamps à Marseille.
Aujourd’hui, 165 voitures proposées par Totem Mobi circulent à Marseille. — Photo : Totem Mobi

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.